contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 3 sur 13
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

3/13
Du soleil sur la joue
Auteur :
Sachs, Marilyn
Davot, François
Vassallo-Villaneau, Rose-Marie
Langue :
français
Éditeur :
Flammarion
Date de publication :
1991
Collection :
Junior
ISBN :
9782081617070
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Code à barres
NAMUR - Bibliothèque provinciale de Namur NAMUR 8-3 E 800000141955X
NAMUR - Bibliothèque provinciale de Namur NAMUR 8-3 E 8000001419568

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 16/02/2011 - 17:49:17 Auteur : zembla (via Babelio)

Nicole est une petite fille juive pleine de vie et dont la langue , selon sa mère, est trop bien pendue. D'abord élevée avec sa soeur Jacqueline par une famille d'accueil car ses parents travaillaient sur les marché, c'est a partir de ses huit ans qu'ils viennent s'installer à Aix- les- Bains. Elle a tout pour être heureuse sauf que nous sommes en 1939 , la guerre se profile et son père part a la guerre. On sait dès le départ que Nicole est la seule a avoir réussit a échapper aux allemands grâce au hasard. Après l'auteure nous raconte les évènements et la jeunesse de Nicole avant la guerre et avant la rafle. C'est ce contraste entre la légèreté d'une adolescence normale et l'horreur de cette guerre qui rend poignant ce récit véridique. Surtout quand Nicole dit : "le jour reviendra où nous préparerons un fabuleux pique-nique et partirons tous a la plage. Je sais que ce jour reviendra ...". Les plus jeunes pense que ce jour viendra mais pour ceux qui ont lu d'autres livres sur ce sujet, on sait qu'ils ne sont jamais revenus. A partir de 9 ans.
Consulter sur Babelio

Date : 26/04/2015 - 15:15:29 Auteur : MissG (via Babelio)

J'ai lu ce roman dans ma jeunesse, c'est d'ailleurs le public auquel il s'adresse en premier lieu, et j'ai eu envie de le relire il y a quelques temps Parce qu'il y a comme ça des livres qui marquent et que l'on a envie de relire des années après C'est plutôt bien, car il faut bien avouer que je ne me souvenais plus de grand chose, hormis que Nicole était une petite fille Juive qui allait se trouver séparée de sa famille durant la guerre à la suite d'une rafle. Et ce souvenir est finalement réducteur, car au-delà de cette histoire permettant à un public jeune de découvrir avec des mots choisis la persécution des Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale, il y a surtout les tourments d'une petite fille qui va finir par mûrir plus vite qu'elle ne l'aurait dû et qui va découvrir le véritable sens du chagrin et de la solitude : "Maintenant, je sais que le chagrin n'est pas une chose qu'on porte sur son visage. Il est en vous, la nuit, quand vous êtes allongé dans votre lit. Là, j'entends les internes parler de leurs familles. Elles savent où est leur mère, où est leur père, et moi je n'en sais rien. Le chagrin, c'est de voir arriver les paquets, avec un petit morceau de fromage, du saucisson, une écharpe chaude - il n'y a jamais de paquet pour moi. C'est de voir les parents qui viennent chercher leurs filles pour les emmener à la maison, pour les vacances ou pour le dimanche - et leurs visages tout ridés de sourire à la vue de leur enfant. Mais il n'y a pas de visage pour moi.". Au début de ce roman, Nicole est une petite fille insouciante, certes il y a la guerre mais elle ne la touche pas personnellement, jusqu'au jour où son père part au front et revient, et surtout lorsque commence à défiler chez elle des personnes réfugiées qui ont perdu leur maison et parfois même leur femme et enfants : "Depuis le début du mois de juin, c'était à Aix-les-Bains un courant ininterrompu de réfugiés venant de Paris et d'autres régions de la France occupée. Certains se dirigeaient vers la Suisse tandis que d'autres cherchaient ailleurs où s'installer pour échapper aux Allemands.". Puis vient le temps des brimades à l'école, où Nicole se fait insulter par une camarade sans comprendre pourquoi : "Qu'est-ce que ça veut dire sale juive ? En tout cas, elle s'est trompée sur mon compte, parce que je ne suis pas une sale juive. Et je me demande qui peut bien l'être.". Nicole grandit, commence à comprendre, prête des serments d'enfant : "Moi, si nous étions séparées de vous, je vous chercherais, c'est tout ce que je ferais. Je vous chercherais, et je vous retrouverais, et je ne rirais pas avant de vous avoir retrouvés.", jusqu'au jour où elle se retrouve séparée de ses parents, ne doit de survivre qu'à quelques personnes qui la protègent et découvrent la solitude ; "Jour après jour, ma solitude avait grandi et devenait insoutenable. Les premiers jours de mon retour à l'école, l'excitation d'être hors la loi m'avait soutenue, avec l'espoir, encore, que mes parents s'échapperaient peut-être, d'une manière ou d'une autre. Mais l'espoir s'était amenuisé, tandis que s'allongeaient les heures de solitude noire.". Je ne me rappelais pas tant de noirceur dans ce roman jeunesse, mais l'auteur a su trouver les mots justes et simples pour faire passer les sentiments de Nicole à un public du même âge que l'héroïne. Elle arrive à bien reconstituer l'atmosphère de ces années et crée une empathie entre le lecteur et la jeune Nicole. Marylin Sachs a sans doute dû se documenter, d'autant qu'elle est américaine, elle a su reconstituer la France de ces années-là avec une certaine justesse, et surtout, ce qui est à mon avis le plus réussi dans ce roman, se mettre dans la tête d'une petite fille d'une dizaine d'années La construction du récit à rebours est également intéressante, d'autant que l'auteur a vraiment su s'adapter à un public jeune en décrivant justement les faits sans entrer dans les détails les plus terribles et en laissant une fin relativement ouverte qu'ils ne comprendront que plus tard, le but recherché n'étant pas de traumatiser les enfants mais de leur transmettre l'histoire passée des Nicole et de tous les autres enfants Juifs ayant vécu à cette période afin qu'ils ne tombent pas dans l'oubli. "Du soleil sur la joue" de Marylin Sachs est un beau roman jeunesse poignant sur la Seconde Guerre Mondiale et la traque des Juifs à travers le regard de la jeune Nicole. Le sujet est traité intelligemment et sensiblement pour un public jeune et se relit avec autant de plus plaisir en étant plus grand.
Consulter sur Babelio

Date : 29/10/2015 - 09:34:48 Auteur : laetyinwonderland (via Babelio)

J'ai lu ce livre enfant et j'ai beaucoup accroché avec l'histoire de cette petite fille juive, qui voudrait juste vivre normalement auprès des siens. Elle est touchante, tendre et admirable. Ce livre est une très belle histoire, pour faire comprendre aux enfants l'histoire d'un enfant juif pendant la seconde guerre mondiale. Je e conseille fortement.
Consulter sur Babelio

Date : 14/09/2017 - 17:52:50 Auteur : Dieselle (via Babelio)

icole a entre 8 et 13 ans durant la seconde guerre mondiale. Elle vit dans un petit appartement à Aix les bains avec ses parents et sa soeur Jacqueline. Un jour, elle se fait traiter de "sale juive" à l'école. Elle demande à sa mère ce que cela signifie et apprend qu'elle est effectivement juive mais que ses parents ne sont pas pratiquants. Nicole est étonnée de découvrir cette nouvelle étiquette qu'on lui colle. Sa mère décide d'avertir la maitresse. Celle-ci dispute la coupable en mettant en arguant que Nicole est née en France et donc qu'elle est Française à la différence de la jeune écervelée qui n'est pas née en France. Choquée par ce racisme ambiant, la mère de Nicole décide d'en rester là. Elle est elle-même polonaise et ne comprend pas comment les gens peuvent réagir ainsi. Les parents de Nicole sont régulièrement informés de la fuite des juif vers la zone libre, ils en accueillent eux-même chez eux. Ils se sentent protégés à Aix. Après tout, il ne se passe jamais rien dans cette ville, ce n'est pas aujourd'hui que cela va commencer. Et puis un jour les Allemands arrivent en ville comme en terrain conquis, ils n'ont pas l'air très méchants, on dirait des touristes. Mais l'angoisse monte à la maison et la mère de Nicole décide qu'il faut fuir. En Suisse. Mais au moment où le projet se concrétise, le père de Nicole renonce et rentre à la maison. Un soir, Nicole obtient la permission de dormir chez une copine qui fuit avec sa famille dès le lendemain matin. Elle retourne chez elle et trouve l'appartement vide. Avis personnel J'ai particulièrement aimé le fait que l'histoire soit raconté du point de vue de la fillette. La seconde guerre mondiale est vue à travers un petit oeilleton posé dans une petite ville Française, en zone libre. Les réactions des différents personnages sont très réalistes. On sent le vécu. J'ai aussi été impressionnée par le réalisme des disputes mère/fille. En effet, Nicole et sa soeur n'ont véritablement vécu avec leurs parents qu'à partir de l'âge de huit ans car ils n'avaient pas d'appartement fixe. Nicole pensait donc connaitre sa soeur mieux que sa mère. Elle a la langue bien pendue et la mère a du faire preuve de beaucoup de patience et de fermeté pour retrouver une place de mère auprès de ses filles. Le style du roman n'est pas spécialement enfantin, il est dommage que ce livre soit systématiquement édité en jeunesse car il est intéressant pour les adultes aussi.
Consulter sur Babelio

Date : 06/11/2018 - 13:31:28 Auteur : vassia7178 (via Babelio)

En 1939, Nicole n'a pas encore onze ans quand elle voit don père partir à la guerre. Histoire vraie.
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 3 sur 13
  • Page suivante
  • Dernière page