contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 2 sur 3
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

2/3
Dieu, le temps, les hommes et les anges
Auteur :
Tokarczuk, Olga
Glogowski, Christophe
Langue :
français
Titre original :
prawiek i inne czasy
Éditeur :
R. Laffont
Date de publication :
1998
Collection :
Pavillons
ISBN :
9782221086155
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Qté Réservable Lien vers le catalogue source
NAMUR - Bibliothèque provinciale de Namur NAMUR 8-3 1 oui 8104000017886
LA LOUVIERE- Bibliothèque Centrale du Hainaut LA LOUVIERE R017502 1 oui 730076564
WELLIN - Bibliothèque Communale de Wellin WELLIN 8-3 1 oui 9000002182430
ASSESSE - Bibliothèque communale ASSESSE 884-3 TOK 01.18 D 1 oui AS 64403
IXELLES - Bibliothèque communale francophone IXELLES 8-3 TOK 0118 D 1 oui 02930085924
MARCHE-EN-FAMENNE - Réserve Provinciale de Luxembourg MARCHE-EN-FAMENNE 8-3 1 oui 9000002182422
MARCHE-EN-FAMENNE - Réserve Provinciale de Luxembourg MARCHE-EN-FAMENNE 8-3*TOK*D 2 oui 00399025

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 31/03/2014 - 11:28:15 Auteur : Bafie (via Babelio)

Où le temps et l'espace développent d'autres dimensions. Le roman débute en 1914 et conte le quotidien de trois générations d'habitants d'Antan, quotidien marqué par deux temps de guerre. Ce ne sont que petits détails qui nous permettent de fixer ce roman dans le temps, tant ce qu'il nous dit des hommes, des animaux, des lieux, des choses et du monde nous semblent intemporel. Les hommes sont attachants, cruels, sensibles marqués par leur environnement, torturés par le temps et parfois en relation avec l'Univers. Ils sont humains. Les animaux les accompagnent, les nourrissent et semblent traverser le temps. Les lieux sont un coin de terre polonaise aux confins de rivières et de bois peuplés d'humains, d'animaux...mais aussi marqués du sceau d'un mystère qui les englobe tous... La guerre et l'histoire triture les hommes et façonnent les paysages. Le temps avance inexorablement révélant à chacun le meilleur, le pire ou l'essentiel de lui-même. J'ai retrouvé dans ce roman une terre où le merveilleux, le divin et les croyances primitives se côtoient et s'enrichissent mutuellement, ce qui m'évoque l'écriture de Liliana Lazar dans "Terre des affranchis", le roman de Liliana Lazar se déroulait en Roumanie, celui-ci en Pologne. Olga Tokarczuk met en scène son roman dans un pays qu'elle aime et dont elle apprécie sans doute la nature, de même que le faisait Liliana Lazar en Roumanie. Me viennent aussi en tête d'étranges images : les images de villages abandonnés, dévastés autour de Tchernobyl... Le monde rural de l'Est se plaît à naître et à prendre vie sous la plume de ces écrivains pour alimenter notre imaginaire. Un dernier mot cependant avant de clore cette "critique", le récit d'Olga Tokarczuk n'est pas linéaire, il est constitué de petits chapitres révélant chacun un temps de la vie d'un personnage...l'on avance cependant dans la lecture sans aucune difficulté, les pièces du puzzle se sont assemblées sans que je n'aie du fournir aucun effort.
Consulter sur Babelio

Date : 24/07/2016 - 13:37:03 Auteur : 5Arabella (via Babelio)

Nous sommes quelque part, et nulle part à la fois. Un village en Pologne, nous allons suivre sur trois générations la vie de certains villageois. Cela débute à la veille de la première guerre mondiale. Mais les échos du monde, de l'histoire, ne parviennent que d'une manière assourdie jusqu'à ce village, dans lequel l'essentiel, comme depuis la nuit des temps, est et de naître, d'aimer, d'avoir des enfants, puis de mourir. Et de trouver quelque part sa place au monde. Au monde des hommes mais aussi celui de la nature, et peut être aussi d'une façon plus vaste dans un ensemble de forces qui font tourner l'univers, quelle que soit la conception que l'on en a. C'est le troisième roman d'Olga Tokarczuk et sont premier grand succès populaire. J'ai décidé de lire désormais ses livres dans l'ordre dans lequel ils ont été écrits, ce qui donne vraiment la mesure de son oeuvre. On voit à quel point les thèmes se mettent en place et se répondent. C'est un livre étonnant, composé de bouts de vies, très précises, décrites minutieusement, par les gestes du quotidien, on a la sensation de voir, presque de toucher ces personnages, qui sont touchants, attachants, pathétiques ou répulsifs. En même temps, l'auteur arrive à partir de ces petits bouts d'existences banales, d'aborder une sorte de conception de l'univers, très panthéiste, dans une vision où tout est finalement interdépendant, si on touche un morceau aussi minuscule quelque part, cela a des répercussions. C'est une lecture au final terriblement tonique et enthousiasmante, alors que la vie des personnages n'a rien d'idéalisée, il y a des événements terribles, et d'autres tristes. C'est plutôt dans le rapport au monde, dans un équilibre global qu'il y a une sorte d'optimisme communicatif. Un livre que l'on dévore et qui laisse une forte trace.
Consulter sur Babelio

Date : 11/05/2019 - 21:26:35 Auteur : topocl (via Babelio)

Comme dans tout village polonais, on a vu passer des Russes et les Allemands Les homme sont partis à la guerre, plusieurs fois, les femmes ont été violées et les maisons dévastées. Cela n' a pas empêché chacun de faire sont travail, quelques trafics au marché noir, élever des enfants, construire des maisons, et arrose tout ça de vodka. Mais aussi les hommes et les femmes ont rêvé, souffert, entretenu d vieux fantômes, partagé l'énergie de la nature, cherché le sens de Dieu et de la vie. Le relai se passe de l'un à l'autre par petits chapitres, pour décrire ces vies les deux pieds solidement ancrés dans la terre mais menées par l'espoir et la fantasmagorie. Il ressort un charme certain de ce récit où le quotidien se pare de rêves, visions, sorcellerie, folie douce et questionnement existentiel.
Consulter sur Babelio

Date : 22/12/2019 - 18:59:31 Auteur : AnitaMillot (via Babelio)

Antan a quatre frontières, respectivement gardées par les Archanges Raphaël, Gabriel, Michel et Uriel. Il y coule deux rivières, la Blanche et la Noire, qui se rejoignent pour faire tourner ensemble les ailes du Moulin. Ainsi commence ce conte atypique de 391 pages, qui s'étale sur les deux grandes guerres du XXème siècle … Il y aura Geneviève, la meunière, qui mettra sa fille (Misia) au monde pendant l'absence de son mari, enrôlé dans l'armée. Il y aura la Glaneuse, insolente et libre, qui - elle - accouchera d'un garçon mort-né. Il y aura le Mauvais Bougre, mi animal-mi humain, soupçonné de meurtre. Et bien d'autres encore ( le châtelain Popielski, le moulin à café, Florentine, Perroquette …) Autant de micro-nouvelles plus étonnantes les unes que les autres, dont chaque récit débutera par “le temps de” … Bien qu'il ne soit pas évident d'en déchiffrer tous les symboles, l'écriture - par contre - toujours enchante ! … J'ai alors poursuivi ma lecture sans tenter d'en définir le sens à tout prix … J'ai pu - de cette façon - éprouver beaucoup de plaisir, la poésie l'emportant sur la raison. Esprits trop rationnels et/ou trop rigoureux, pensez donc à lâcher prise !
Consulter sur Babelio

Date : 31/12/2019 - 02:54:28 Auteur : fflo (via Babelio)

Dieu, le temps, les hommes et les anges est un conte rédigé en tout petits chapitres passant d'un personnage à l'autre, ou plutôt du temps d'un personnage à l'autre. On y suit la vie rude des habitants d'Antan, un pauvre petit village polonais, sur 3 générations, de la première guerre mondiale aux années du communisme. Comme on peut s'y attendre avec un tel titre il y a du divin, de l'ordinaire, du trivial, du magique. Pour ses habitants Antan est comme le centre du monde et Dieu y est très présent. Ce roman d'Olga Tokarczuk, Nobel 2018, est très facile à lire mais devant les quelque 400 pages j'ai failli renoncer, n'ayant jamais été une adepte des contes. Une fois rentrer dans l'imaginaire de l'auteur je me suis agréablement laissé porter de chapitre en chapitre. Mais je dois avouer que je n'ai pas vraiment essayer de comprendre toute la part philosophique de cette sorte de parabole. J'ai trouvé que le livre de Jacob avait plus de consistance. Peut-être normal vu son nombre de pages!
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 2 sur 3
  • Page suivante
  • Dernière page