contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 3 sur 10
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

3/10
Jours de famine et de détresse : roman
Auteur :
Doff, Neel
Éditeur :
Actes Sud
Date de publication :
1994
ISBN :
9782742703432
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Qté Réservable Code à barres
BRAINE L'ALLEUD - Bibliothèque Communale BRAINE-L'ALLEUD BRES-06652 - 82-3 1 oui BA10643
FLORENVILLE - Bibliothèque publique de Florenville FLORENVILLE 8-3 1 oui 939000016844X
LIEGE - Bibliothèques Chiroux LIEGE 840 DOFF 2 oui 1000002030410
GEMBLOUX - Bibliothèque publique André Hénin-André Sodemkamp GEMBLOUX GBX - 8-3 1 oui 42800100549444
LIBRAMONT-CHEVIGNY - Bibliothèque communale de Libramont-Chevigny LIBRAMONT-CHEVIGNY 8-3 DOF J 1 oui 68000100648958
LOBBES - Réserve centrale (Lobbes) LOBBES R2 - 8-3 1 oui 65400100563903
HOUDENG - GOEGNIES - Bibliothèque Centrale du Hainaut - Bibliobus - Prêt inter-bbiliothèques HOUDENG - GOEGNIES 8 DOF 06.00 1 oui 510284161
HOUDENG - GOEGNIES - Bibliothèque Centrale du Hainaut - Bibliobus - Prêt inter-bbiliothèques HOUDENG - GOEGNIES 840(493)-3/DOF 1 oui 510284162
ATH - Bibliothèque Communale Jean de la Fontaine ATH 840(493)-3 DOF 06.00 1 oui 140997
NIVELLES - Bibliothèque locale de Nivelles NIVELLES NRA08033 - 8-3 1 oui 14000101384688
LA LOUVIERE - Bibliothèques communales (Rés.Louv. Lect. Publ.) STREPY - BRACQUEGNIES 8A-DOF-06 1 oui 540512940
LA LOUVIERE - Bibliothèques communales (Rés.Louv. Lect. Publ.) STREPY - BRACQUEGNIES 8A-DOF-0600 1 oui 540219412
NIVELLES - Place aux livres. Service itinérant NIVELLES PLPA - 8-3 1 oui 50300100647840

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 06/03/2012 - 12:44:03 Auteur : paulotlet (via Babelio)

Ce livre poignant constitue l'autobiographie de Neel Doff, jeune néerlandaise immigrée en Belgique aux alentours de 1870, et qui connaîtra les affres de la pauvreté et de la matraitance, de la prostitution à l'exploitation dans d'improbables usines comme celle où on travaille la laine à l'aide d'acide sulfurique pour en faire du feutre à chapeaux. Le récit est assez pudique; l'auteure ne se situe pas dans le registre de la plainte ou du misérabilisme; elle raconte les faits, elle évoque ses sentiments successifs et comment elle a fini par se sortir de cette vie sans vie. Bien qu'écrit directement en français (Neel Doff est passée à deux doigts du prix Goncourt 1911) le roman est écrit dans une langue très fluide.
Consulter sur Babelio

Date : 08/03/2015 - 17:07:19 Auteur : michfred (via Babelio)

Neel Doff a fui la Hollande et surtout la misère : elle la retrouve toujours plus flamboyante en Belgique, où elle s'est réfugiée avec toute sa famille. Témoignage pudique et déchirant, superbement écrit -le français n'est pas sa langue maternelle, c'est la langue de son accession, laborieuse et douloureuse à un début d'indépendance et de confort. Le livre se présente comme une succession de fragments, de tableaux arrachés à la mémoire de la faim et du froid, si viscéralement inscrite dans la chair. Les pans d'ombre, les ellipses, les silences, rendent ces bribes exhumées de la nuit encore plus frappantes , encore plus terribles. Du Zola, mais du Zola vécu, du Zola au féminin,du Zola retenu par la honte et craché par la colère, tout à la fois. .
Consulter sur Babelio

Date : 26/02/2017 - 08:46:54 Auteur : Sycorax (via Babelio)

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Espace Nord et Babelio pour m'avoir permis de remporter ce livre dans le cadre de Masse critique de janvier 2017. J'ai pris plaisir à lire cette autobiographie romancée car même si elle dépeint le quotidien fait de misère noire d'une famille néerlandaise du 19e siècle, elle n'est ni misérabiliste à l'excès, ni démonstrative contrairement à ce que pourrait laisser croire le résumé. L'auteur sait rendre son récit vivant par un style délicatement suranné (ce texte date tout de même des années '10), sans être trop ampoulé (on n'est pas en train de lire Proust, qui était d'ailleurs contemporain de Neel Doff). Son récit est très serré (le livre compte moins de 170 pages) et scandé sous forme de courts chapitres portant chaque fois un titre propre (une thématique par mini chapitre), qui confèrent une respiration à cette histoire de misère noire dans laquelle est engluée la famille de la petite fille qui parle. C'est un peu comme si le passage d'un chapitre à l'autre permettait au lecteur abasourdi par tant de pauvreté, de reprendre son souffle avant de se replonger en apnée dans les événements rapportés. Il est assez incroyable d'imaginer à notre époque d'opulence qu'une telle misère ait pu exister, qu'elle ait pu être acceptée par les contemporains, qu'une telle malchance puisse ainsi coller à une famille comme du chewing-gum sous la semelle. Cela m'a beaucoup rappelé certains romans de Zola, car on y découvre ce que pouvait être la vie des petites gens de l'aube de l'ère industrielle dans toute l'Europe occidentale, cette même ère industrielle que l'on appelle désormais "mondialisation" mais qui continue de broyer les existences des êtres, ici ou ailleurs sur le globe.
Consulter sur Babelio

Date : 05/03/2017 - 12:48:52 Auteur : ChristelleH (via Babelio)

Jours de famine et de détresse Entre témoignage et roman hyperréaliste, cette lecture donne à réfléchir sur les conditions terribles des ouvriers de la fin du 19è siècle. Emile Zola n'est pas loin, même si, cette courte oeuvre n'a pas la même ambition littéraire. En une quarantaine de petits chapitres qui sont autant de tableaux presque indépendants les uns des autres, Neel , l'auteure (et la narratrice) raconte la misère quotidienne de ses parents et de leurs 9 enfants, aux Pays-Bas puis en Belgique. Des parents blessés par leur vie misérable, désabusés, incompétents, inconscients qui mènent leurs enfants vers la mendicité et pire, la prostitution. Parents et enfants souffrent de la faim : ils peuvent passer plusieurs journées à ne rien manger, faute d'un bout de pain dur. Les descriptions de cette faim qui fatigue les grands comme les petits de cette famille et qui rend hagard sont terribles à lire. La pauvreté les étreint et ne les lâche plus : plus d'abri, pas de vêtements… Intéressant et poignant, puisqu'on sait que c'est autobiographique. Je remercie l'opération Masse Critique de Babelio de m'avoir offert ce petit roman.
Consulter sur Babelio

Date : 23/03/2017 - 17:07:29 Auteur : moncoinlivresque (via Babelio)

Neef Doff, ce nom m'était encore inconnu il y a peu et pourtant, aujourd'hui il est gravé dans mon esprit. Neel Doff, l'auteure et la narratrice de « Jours de famine et de détresse » a fui la Hollande avec sa famille durant le 19 ème siècle pour se rendre en Belgique, en quête d'une vie meilleure. Ce livre nous dépeint alors le quotidien de cette jeune néerlandaise qui connaîtra tour à tour la pauvreté, la mendicité, la maltraitance, l'exploitation, la prostitution…Construit sous la forme d'une autobiographie romancée, ce roman se découpe en plusieurs petits chapitres successifs, tels des fragments de vie qui sont offerts à nos yeux incrédules…Tant de souffrance, d'horreur … la faim, le froid, la misère qui semble s'insinuer partout et ne plus vouloir vous quitter. Le lecteur suffoque par moment, d'où l'intérêt des courts chapitres qui lui permettent, en passant d'un thème à un autre, de reprendre son souffle… Ce roman ne tombe cependant jamais dans le misérabilisme, il est criant de douleur, déchirant et pudique à la fois, mais se veut réaliste et authentique. Lorsque j'y réfléchis, il est assez difficile d'imaginer qu'une telle histoire ait pu exister. La misère, nous savons qu'elle existe, nous savons qu'elle court les rues, les chemins…qu'elle est partout, mais à notre époque d'opulence, comment la concevoir réellement telle qu'elle est ? Et cette famille, qui fuit la misère en Hollande pour finir par la retrouver en Belgique, le sort semble s'acharner sur elle… Des parents blessés, désabusés et abîmés par la vie et ses coups, qui conduisent pas à pas leurs enfant vers le pire de ce que la vie a à offrir… Quel sera le prix à payer pour sauver sa peau ? Peut-on en sortir indemne ? Pas un morceau de pain à manger. Pas de vêtements. A peine de quoi s'abriter…Les descriptions sont saisissantes. Le lecteur y voit du Zola…il en ressent la force du récit…à la différence qu'ici, tout est vécu. Les conditions terribles dans lesquelles vivaient les ouvriers et leur famille à la fin du 19 ème siècle nous sont ici racontées sans filtre. La fiction chez Zola a laissé place à des bribes d'existences chez Neel Doff et ce qui était déjà difficile à lire chez l'un devient effroyable chez l'autre. La plume de l'auteure est fluide, sans fioriture…le français n'est certes pas sa langue maternelle, mais elle le maîtrise très bien. En conclusion : Neel Doff nous offre un roman autobiographique poignant et criant de vérité sans pour autant tomber dans les travers du larmoiement. Elle livre ici beaucoup d'elle et de son époque, de cette « mondialisation » qui a tant apporté et tant détruit pour y parvenir… Elle se dévoile sans fard comme la jeune fille qu'elle était et décrit avec tant de vraisemblance sa vie, que les idéaux du lecteur se brisent à chaque chapitre. Vous ne pouvez rester insensible à cette histoire et à ces personnes…ils retourneront tout votre être. Merci encore à Babelio et aux éditions Espace Nord pour ce poignant moment de lecture.
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 3 sur 10
  • Page suivante
  • Dernière page