contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 7
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

1/7
Dialogues de bÃetes
Auteur :
Colette
Sujet :
ThÂeÃatre
Langue :
français
Éditeur :
Gallimard
Date de publication :
1989
Collection :
Folio 701
ISBN :
9782070367016
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Code à barres
ATHUS - Bibliothèque Hubert Juin ATHUS RE*8-2*COL*254*D AT18018

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 16/02/2009 - 13:14:14 Auteur : AnaisValente (via Babelio)

Dialogue de bêtes, c'est toute mon enfance... comment oublier Toby chien et Kiki la doucette, leurs chamailleries et leur complicité ? Ce livre, je l'ai lu et relu... mais jamais je ne l'avais entendu. C'est la raison pour laquelle la version lue par Liane Foly m'apparaissait comme... intrigante. Allais-je aimer ces voix « imposées » ? N'allais-je pas regretter de ne pas me faire mes propres voix dans ma petite cervelle ? Mon imagination allait-elle moins travailler ? Passé le premier étonnement, j'avoue que je me suis prise au jeu d'écouter Liane Foly imiter, et elle imite bien, on le sait, les personnages de cette histoire. Je conseillerais cependant de s'installer dans un canapé et de fermer les yeux, pour mieux savourer l'histoire, passque moi, je l'ai écouté en vaquant à d'autres occupations, et je trouve que ces occupations, justement, m'ont distraite de mon but : écouter Liane. Et puis, par rapport à mon enfance et à cette idée d'écouter... il manque un petit détail : la sonnerie qui signale qu'on peut tourner la page... il manque donc, je trouve... un livre... ce qui me confirme que décidément, je suis plus faite pour les vrais livres, faits de papier, que l'on lit à sa guise, qui permettent d'inventer les personnages, leur physique, leurs attitudes et leurs voix. Ce cd me semble toutefois un chouette moyen de faire découvrir Colette aux enfants.
Consulter sur Babelio

Date : 17/02/2009 - 22:20:46 Auteur : 4nn3 (via Babelio)

On ne présente plus Colette (1873-1954), l'amoureuse, l'amie des animaux. Ce sont ses très beaux « Dialogues de bêtes » (1904) que j'ai eu, grâce à Antoinette Fouque, l'occasion d'écouter. La lecture est agrémentée de morceaux musicaux doux et paisibles : Introduction et allegro pour harpe, avec accompagnement d'un quatuor à cordes, d'une flute, d'une clarinette, de Maurice Ravel. Modulant sa voix suivant qu'elle se fait Toby-Chien ou Kiki la Doucette, Liane Foly nous offre une interprétation remarquable. Elle nous dresse les portraits d'un chien Toby, goguenard et sympathique, bon caractère et d'une chatte Kiki, rusée et capricieuse. Premier dialogue : Un après-midi au soleil à évoquer leurs maîtres, Elle et Lui, leurs occupations préférées, leur amours. Le dialogue se termine avec l'espoir d'une promenade. Deuxième dialogue : Une très belle description de l'atmosphère étouffante d'une journée d'orage et de pluie. On y est ! On se croit comme Toby sous l'armoire occupé à regarder tomber les grêlons. Enfin l'orage s'apaise et Toby a envie de bondir dans le jardin mais reste auprès d'Elle. Troisième dialogue : Toby-chien évoque ses souvenirs de « travail » : six semaines passées au music-hall avec Elle. Quatrième dialogue : Dans un jardin à Auteuil, une tortue fait le tour du jardin. Colette, Dialogues de bêtes, lus par Liane Foly, Des Femmes (La Bibliothèque des voix), 2008.
Consulter sur Babelio

Date : 05/03/2009 - 09:18:01 Auteur : isalune (via Babelio)

Tout d'abord, Colette... Si le texte est parfois désuet, il ne peut cacher sa finesse, sa sensibilité et sa sensualité. A travers les paroles de Toby-chien et Kiki-la-doucette se dessine tout un monde où les hommes sont des dieux capricieux et où l'on devine en filigrane les tensions qu'on ne penserait qu'humaines. Colette me touche. Ensuite, la lectrice, Liane Foly... Dans son cas, la nommer lectrice est réducteur, elle lit mais pas seulement ; elle narre, joue, change sa voix, se fait tendre, câline ou sévère, elle offre un univers. Sa diction parfaite, sa voix très belle et son immense talent sont un ravissement. Elle nous accroche et on voudrait ne jamais la quitter. Enfin un extrait... sur mon blog, http://bulleglob.lalibreblogs.be/
Consulter sur Babelio

Date : 15/03/2011 - 11:30:50 Auteur : Lune (via Babelio)

1904 (5 dialogues) et 1905 (7 dialogues et préface Francis Jammes) Prose et poésie se partagent ce petit chef d'oeuvre. Aucune mièvrerie, des animaux qui contemplent, jugent et racontent l'être humain élu de leur coeur. Des personnalités typées et attachantes au milieu d'une nature qu'elles vénèrent au même titre que leur auteur. "Kiki-La-Doucette.- Une douceur brûlante pénètre ma robe jusqu'aux duvets fins et frêles, soies sous les soies, fils impalpables et sans couleur qui protègent ma peau délicate. J'enfle comme un nuage. Je dois remplir la chambre." (Le Premier feu) "Toby-Chien.- ...Je souhaite le bruit connu du vent dans la cheminée, le battement des portes, le chuchotement du jardin, le sanglot de source qui est la voix continue du peuplier, ce mât feuillu de monnaies rondes..." (L'orage) Et on pourrait multiplier ce type de phrase bien sonnante avec ses mots justes et évocateurs. Les lire, oui mais donnez-vous la peine de les "dire" à voix haute avec un partenaire, vous en ressentirez encore plus la justesse, la musicalité, la perspicacité, l'humour, la sensualité, le plaisir d'une prose bien construite, bien terrienne.
Consulter sur Babelio

Date : 08/06/2011 - 17:09:04 Auteur : saphoo (via Babelio)

Un petit délice à croquer ! La plume de Colette offerte à nos amis à 4 pattes ne pouvait donner qu'un récit charmant et croustillant. Les dialogues mettent en exergue le comportement bien différent du chien et du chat. Alors que kiki- la-doucette ne supporte pas la moindre des obligeances,Toby le chien , lui se plie en quatre pour assouvir les moindres exigences de sa maîtresse tant aimée. On ne peut qu'admirer le talent de Colette, grande amoureuse des bêtes, pour avoir si bien cerné les caractéristiques de l'un et de l'autre. J'avoue que j'ai un faible pour les chats et je me suis délectée dans le personnage de Kiki-la-doucette bien que j'ai souvent compati au sort de Toby devant supporter à la fois sa maîtresse et ce taquin de chat. Des passages chargés d'humour mais aussi de poésie j'ai adoré la scène auprès du feu par exemple : Je donne la parole à kiki-la-doucette : “On dirait que je dors, parce que mes yeux s'effilent jusqu'à sembler le prolongement du trait velouté, coup de crayon hardi, maquillage oriental et bizarre, qui unit mes paupières à mes oreilles. Je veille pourtant. Mais c'est une veille de fakir, une ankylose bienheureuse d'où je perçois tout bruit et devine toute présence...Mes yeux privilégiés, Feu, te contemplent mieux lorsque je les clos, et je puis compter les essences diverses que tu mêles en bouquet étincelant. Voici, flamme mauve, bleue et brûlante, l'esprit d'un rameau de thuya. Hier encore, cette branche, qui tord son squelette délicat de ramille, berçait sur l'allée son ombre plate en plumeau ; Elle l'a tranchée d'un coup de sécateur, pourquoi ? Peut-être pour que s'exhalât son âme mauve et bleue et brûlante ? Car elle se plaît comme moi à ta danse, Feu, et châtie ton repos d'une pincette sévère. Que lit-Elle la tête penchée, et les bras glissés le long d'Elle, dans ton coeur compliqué comme une rose embrasée ? J'ignore. Elle sait beaucoup, assurément, mais moins qu'un Chat.” Le chien est tout à fait en admiration pour Elle, sa maîtresse. Toby-chien : “La voici. Elle a quitté son fauteuil de paille: étiré ses bras gracieux, et je lis l'espoir d'une promenade dans le mouvement de sa robe. Tu la vois, derrière les rosiers ? Elle casse de l'ongle une feuille de citronnier, la froisse et la respire... Je lui appartiens. Les yeux fermés, je devine sa présence...” Comme tout animal domestiqué à outrance nos deux compères ne vivent que pour la pitance, la sieste et caresse... ce qui donne des dialogues souvent loufoques mais tellement vrais !
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 7
  • Page suivante
  • Dernière page