contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 85
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Code à barres
FARCIENNES - Bibliothèque communale de Farciennes FARCIENNES 8-3 DID0518 1 12738
MONS - Bibliothèque de la Ville de Mons MONS 8A 33371
COUILLET - Bibliothèque A la Queue Leuleu COUILLET 840-3 DID 0518 r FC008630
QUIEVRAIN - Bibliothèque communale de Quiévrain QUIEVRAIN 8-3 DID 518R 28658
SAINT-JOSSE-TEN-NOODE - Bibliothèque communale SAINT-JOSSE-TEN-NOODE DI 298.5 RE 02890500073
KOEKELBERG - Bibliothèque communale KOEKELBERG 84-3 DID 0518 02420044723
BRUXELLES - Bibliothèque Charles Janssen BRUXELLES R-4 DID R 02280068037
BRUXELLES - Bibliothèque des Riches-Claires BRUXELLES R-4 DI 306 R 02250394481
WELKENRAEDT- Bibliothèque de Welkenraedt locale pivot WELKENRAEDT 82-3 DID 484010004570
LIEGE - Centre Multimédia Don Bosco LIEGE 8-3 DID CMDB0A000609128
SAINT GEORGES - Bibliothèque communale de Saint-Georges SAINT GEORGES 8-3 DID /LS98/3604V
LIEGE - Bibliothèques Chiroux LIEGE 840 DIDEROT 1000002076088
LIEGE - Bibliothèque d'Outremeuse LIEGE 8-3 DIDEROT 1028000299564
ANS - Bibliothèque Arsène Soreil ANS 8-3(12+) DID 4430100008974
BLEHARIES- Centre de Lecture publique de Brunehaut BLEHARIES 82-3 DID 2269

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 17/01/2010 - 17:02:04 Auteur : chartel (via Babelio)

Selon son propre auteur, Denis Diderot, le roman "La Religieuse" est une « effrayante satire des couvents ». Autant dire que le célèbre encyclopédiste emploie ici toute la force de sa plume pour nous dresser un tableau accablant des « maisons closes » tant répandues en France et en Europe en plein siècle des Lumières. Tout s'oppose effectivement entre la pensée libérale de Diderot et les rigoureux principes de ces mystérieux cloîtres. Il n'est donc pas étonnant qu'il se soit appliqué à composer une oeuvre pour y dénoncer les abus et les horreurs issues de l'organisation même de ces systèmes oppressifs, surtout quand on sait que sa propre soeur y fut internée et y perdit la raison puis la vie. Un concours de circonstances lui permit de se lancer dans l'entreprise sous forme de lettres écrites à un ami, le marquis de Croismare, par une certaine soeur Marguerite Delamarre, véritable religieuse ayant voulu rompre ses voeux pour retrouver sa liberté. L'ami mystifié se prit si bien au jeu que Diderot fût contraint, au fur et à mesure que la correspondance se prolongeait, de donner corps à cette jeune nonne désespérée par la vie des couvents. (Toute cette histoire est très bien expliquée dans la préface de Claire Jaquier). Diderot donne donc voix à son roman par l'intermédiaire de la jeune soeur Suzanne Simonin composant une sorte de journal intime rédigé afin de mettre à jour tous les vices cachés derrières les noires murailles de communautés soi-disant vouées à Dieu : tortures, supplices, extorsions et harcèlements. La tableau dressé par la narratrice montre des individus rendus fous par la claustration et les privations, les seuls personnages sensés étant ceux bénéficiant de leur liberté. Diderot réussit à peindre une soeur n'agissant que sous le moteur de la raison, rendant les différentes mères supérieures qu'elle rencontre totalement déconcertées, car elle les confronte à l'inanité de leur prières et de leur vie. Tout ce qu'elles font n'a alors plus de sens. Suzanne Simonin étant la négation même de Dieu.
Consulter sur Babelio

Date : 17/02/2010 - 10:09:47 Auteur : MarcBibliotheca (via Babelio)

Commencé en 1760, le roman La Religieuse de l'écrivain et philosophe français Denis Diderot, reprenant les mémoires d'une jeune femme contrainte à prendre le voile, était à la base qu'une mystification émanant du petit groupe de Mme d'Epinay dont Diderot faisait partie... Suite : Cliquez sur le lien ci-dessous!!!
Consulter sur Babelio

Date : 16/07/2010 - 19:51:43 Auteur : MALIKA (via Babelio)

Très bonne histoire mais je me suis ennuyée ...est ce du au style (un peu desuet) ou bien à l'intrigue (peu de rebondissement) ?
Consulter sur Babelio

Date : 28/09/2010 - 22:47:03 Auteur : vdujardin (via Babelio)

La forme du récit, comme une longue lettre adressée à un protecteur, le marquis de Croismare, passe bien en dépit de l'absence de découpage en chapitres. Par ce texte, Diderot dénonce l'Église, la pression qu'elle exerce sur la jeunesse, mais aussi le trafic des dots, les comportements inhumains. Dans le dernier couvent, la mère supérieure est clairement lesbienne, Suzanne ne se rend pas compte de ses manoeuvres, mais son directeur spirituel, si. Du point de vue de l'étude d'une période, il faut lire ce livre, mais j'avoue que ce n'est pas mon préféré... Je n'avais pas vu l'adaptation récente au cinéma.
Consulter sur Babelio

Date : 15/11/2010 - 08:30:53 Auteur : missmolko1 (via Babelio)

Un ouvrage très plaisant
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 85
  • Page suivante
  • Dernière page