contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 2 sur 2
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

2/2
Le roi du KO
Auteur :
Crews, Harry 1935-2012
Richard, Nicolas 1963-....
Langue :
français
Titre original :
<>knockout artist
Éditeur :
Gallimard
Date de publication :
2007
Collection :
Folio 476
ISBN :
9782072748035
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Qté Réservable Code à barres
LIEGE - Bibliothèques Chiroux LIEGE 820 CREWS 2 oui 2105700035857
LIEGE - Bibliothèque de Chênée LIEGE 8-3 CREWS 1 oui 100900035024X
LIEGE - Bibliothèque de Fétinne-Vennes LIEGE 8-3 CREWS 1 oui 1013000616044
LIEGE - Bibliothèque de Grivegnée LIEGE 8-3 CREWS 1 oui 1016000494309
MARCHE-EN-FAMENNE - Réserve Provinciale de Luxembourg MARCHE-EN-FAMENNE 8-3*CRE*R 1 oui PRIN3912

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 26/07/2015 - 15:10:41 Auteur : Godefroid (via Babelio)

C'est l'histoire d'un boxeur raté qui se laisse peu à peu convaincre qu'il a tout de même un talent à exploiter, celui de s'envoyer au tapis tout seul. De dignes représentant des Etats Unis d'Amérique (une jeune et riche étudiante en psychologie, le président d'une très grosse société) l'encouragent dans cette voie : Eugène mérite la gloire. Publié aux Etats Unis en 1988, voilà l'un des romans les plus frappants de Harry Crews. Son personnage de boxeur est magnifique, on peut le voir comme le petit frère de Marvin Molar (cf. La malédiction du Gitan, 1974) : sans avoir bénéficié d'une instruction très approfondie, il est néanmoins de bon sens et aspire dans le fond à une vie saine, dans tous les sens du terme. Il est, malgré les apparences, profondément digne, infiniment plus que les êtres bien "socialisés" qui l'entourent. Le vice est clairement du côté de ceux qui possèdent argent et savoir. Eugène se laisse glisser, s'abrutit d'alcool pour mieux supporter sa dégringolade et la perversité dans laquelle il évolue, jusqu'au geste libérateur qui constitue le final à la fois terrible et splendide de son itinéraire. La parabole est effrayante et rarement la société étasunienne n'a à ce point été traînée dans la boue. Ce roi du KO est tout simplement inoubliable. Traduction superlative de Nicolas Richard.
Consulter sur Babelio

Date : 10/08/2015 - 11:55:03 Auteur : encoredunoir (via Babelio)

Eugene Talmadge Biggs, fils de paysans pauvres de Géorgie, a connu une carrière de boxeur pour le moins rapide. Tout comme celui qui y a mis fin en le battant une dernière fois, son ami Pete : « Pete était le dernier boxeur à l'avoir mis K.O., le K.O. qui avait fait que Budd l'avait planté à la Nouvelle-Orléans. Quatorze mois plus tard, Pete était septième au classement mondial, une progression fulgurante, mais pas rare en boxe. Et six mois après avoir été septième, il se retrouva projectionniste au Flesh and Flash, ce qui était une dégringolade spectaculaire, mais pas rare en boxe. » Eugene a un tout petit peu moins dégringolé que Pete. Affligé d'un véritable menton de verre qui fait qu'il se met à tomber, assommé pour le compte dès qu'il prend un coup, il a finalement mis cette faiblesse physique à profit pour continuer à gagner de l'argent avec la boxe. Charity, sa riche petite amie doctorante en psychologie l'a ainsi introduit dans les milieux interlopes de la Nouvelle-Orléans où Eugene se produit en se mettant lui-même K.O. face un public fasciné par cette petite mort auto-administrée et ravi de voir sa violence latente trouver un exutoire chez ce boxeur d'un genre inédit. On est souvent tenter de réduire les romans d'Harry Crews à une sorte de grande galerie de freaks. Et l'argument de départ du Roi du K.O., renforcé par l'hallucinante prestation d'Eugene chez l'Huitre, pourrait, si l'on s'en tenait à une lecture très superficielle, aller dans ce sens. On est pourtant loin de l'étude des monstres de foire. Et si Eugene peut se sentir comme tel lorsqu'il doit aller accomplir ses prestations, il n'a pour autant pas moins conscience du fait qu'il est avant tout un pauvre fils de paysans sans éducation qui ne fait que tenter de vivre et de faire vivre sa famille en faisant la seule chose qu'il sache faire. Et pour ce jeune homme dont le rêve de devenir un grand boxeur a été brisé, le fait de devoir s'exhiber dans ce spectacle désolant apparaît comme une véritable souffrance. Ignorant faute d'éducation mais pas stupide, fidèle en amitié comme en amour, timide et renfermé car trop habitué à subir et à être déçu, Eugene est une âme pure balancée dans le cloaque qu'est la Nouvelle-Orléans en particulier et la vie en général. Ce que l'on suit finalement dans ce roman noir, c'est la quête d'un homme qui ne trouve pas sa place dans le monde et qui ne cesse de se confronter à ses propres échecs, que ce soit dans sa carrière ou dans ses relations aux autres qui finissent inlassablement par se révéler être terriblement décevantes. C'est aussi une véritable descente aux enfers dans laquelle quelques échappatoires possibles peuvent apparaître… mais à quel prix ? Sombre et tourmenté, terriblement pessimiste / lucide (rayer la mention inutile), Le Roi du K.O. est encore un beau et formidable roman de Crews, sans doute un des auteurs américains qui ont le mieux su saisir l'essence de l'Homme et ses interrogations sur sa place dans l'Univers.
Consulter sur Babelio

Date : 13/09/2016 - 16:04:00 Auteur : BobPolar (via Babelio)

La Nouvelle-Orléans. Il a failli raccrocher les gants, comme l'a fait son pote Pete, après sa défaite contre ce dernier. Eugene sort de la cambrousse de l'État de Géorgie et son coach le lâche... lâchement. C'est Charity, sa fiancée pleine aux as, qui va lancer sa nouvelle carrière. Il assure un spectacle étonnant et très prisé des cercles privés de bourges qui organisent des sauteries vraiment spéciales que l'on pourrait baptiser de « SOIREES HOT, DOG ET KO ! » Mais si Eugene gagne bien sa vie avec ses combats en solitaire, il en éprouve néanmoins des remords. Ce roman entre dans le cadre de mes lectures spéciales balnéaires. Spéciales parce que ce sont des auteurs et des oeuvres indispensables que je ne prends pas le temps de lire le reste de l'année. Balnéaires parce que... balnéaires. Harry Crews ! Épaté, conquis, j'avais quitté Enigma, le patelin du Chanteur de gospel, avec l'ambition de grignoter mon retard afin de poursuivre la lecture de son oeuvre. Explorer son univers ressemble à un long pèlerinage dans les entrailles d'une société - et par là-même d'un échantillon de ses citoyens - dont il fouille à mains nues les moindres sombres craquelures - qu'il a parfois personnellement expérimentés. Avec Le Roi du K.O., il va trouver sa matière dans ce jeune boxeur sans avenir qui n'a pour seule échappatoire que ses démentes performances. Eugene est beau mais il a son talon d'Achille : un menton de verre. Ainsi, il va s'expédier au tapis devant cette faune affamée et prête à communier avec lui, public jamais rassasié d'expériences extrêmes. Mais Eugene ne se laisse pas emporté par ce tourbillon, par cette foule qui rugit, il reste malgré tout lucide et garde en mémoire les empreintes crottées de son passé - les lettres de son père en sont des témoignages poignant. C'est du côté de Charity, riche étudiante en psy avec laquelle Eugene a passé un contrat moral et un peu tordu, que cela va sentir le roussi. Alors qu'il préserve son amitié avec Pete qui galère et vivote en passant des films pornos, les deux boxeurs losers vont accepter l'offre de l'Huitre pour peut-être trouver leur voie dans le pugilat. Une vie plus noble dans le noble art ? La suite sur : http://bobpolarexpress.over-blog.com/2016/09/l-insoutenable-fragilite-de-l-etre-le-roi-du-k-o-harry-crews.html
Consulter sur Babelio

Date : 21/09/2017 - 18:04:41 Auteur : kaliss (via Babelio)

noir voir tres noir mais avec une pointe d'optimisme en grattant bien un bon panel de subculture americaine
Consulter sur Babelio

Date : 10/09/2019 - 00:53:55 Auteur : Azeline (via Babelio)

Une Nouvelle Orléans de tous les vices, de tous les compromis; exubérante, impudique; exhibitionniste, voyeuse. Un contraste pour Eugène, issu d'une Géorgie miséreuse, qui se donne en spectacle pour aider sa famille à survivre au pays. Lucide quant à ses faibles capacités intellectuelles, il s'interdit de réfléchir au monde qui l'entoure: sur le comportement de sa petite amie, étudiante en psy, plus psychopathe que psychologue; sur le couple de son ami, boxeur déchu devenu projectionniste de snuff movies; sur l'Huître, redoutable homme d'affaires et richissime marionnettiste qui tirent les ficelles de ce théâtre qu'est la Nouvelle Orléans. Ici, tout s'achète, tout se vend; dignité, amour, amitié. Une ultime rencontre va lui donner conscience de son humanité. Une galerie de personnages et un certain visage de l'Amérique qui inspirent fascination et répulsion.
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 2 sur 2
  • Page suivante
  • Dernière page