contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 4
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

1/4
Le chanteur de gospel
Auteur :
Crews, Harry
Richard, Nicolas
Éditeur :
Gallimard
Date de publication :
1995
ISBN :
9782070493814
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Qté Réservable Code à barres
LIEGE - Bibliothèque de Droixhe-Bressoux - Espace lecture et langage LIEGE 8-3 CREWS 1 oui 1011000140142
LIEGE - Bibliothèque de Jupille LIEGE 8-3 CREWS 1 oui 1018000290045
LIEGE - Bibliothèque de Saint-Gilles LIEGE 8-3 CREWS 1 oui 1025000241891
LIEGE - Bibliothèque de Sclessin-Cointe LIEGE 8-3 CREWS 1 oui 1027000260754
LIEGE - Bibliothèque du Thier-à-Liège LIEGE 8-3 CREWS 1 oui 102900025810X
WANDRE - Bibliothèque de Wandre LIEGE 8-3 CREWS 1 oui 1030000123797
LOBBES - Réserve centrale (Lobbes) LOBBES R2 - 8-3 2 oui 6540010093328X
LA LOUVIERE- Bibliothèque Centrale du Hainaut LA LOUVIERE 73-0063779 1 oui 730063779
WANZE - Bibliothèque publique de Wanze WANZE 8AP CRE 1 oui 4520061121
LIEGE - Bibliothèque itinérante de la Province de Liège LIEGE 820 CREWS 1 oui 2100800528394
LA LOUVIERE - Bibliothèques communales (Rés.Louv. Lect. Publ.) STREPY - BRACQUEGNIES 8A-CRE-2319 1 oui 540807718

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 16/07/2012 - 18:24:39 Auteur : Woland (via Babelio)

The Gospel Singer Traduction : Nicolas Richard ISBN : 9782070389902 Un roman noir dansant avec grâce sur le fil d'un funambule, telle pourrait être la définition parfaite de ce roman lancinant dont l'action se situe dans le Sud des Etats-Unis et traite essentiellement deux thèmes : la ferveur religieuse si particulière - et disons-le si dérangeante à plus d'un titre - propre à tant d'Américains et le phénomène, inexpiable aux yeux de trop de gens, de la différence. Ce sont ces deux thèmes qui créent le troisième : le meurtre d'une jeune fille blanche, poignardée soixante-et-une fois par un Noir qui ne se souvient pas de la raison qui l'a poussé au crime. Bien que publié en tant que polar et/ou roman noir, "Le Chanteur de Gospel" pourrait à bon droit avoir son fil dans notre rubrique "Littérature made in USA." Sans avoir la puissance et les subtiles ramifications du "Sanctuaire" de Faulkner, il le rappelle tout comme, par moments, il fait songer non sans malaise à l'univers baroque et sinistre des "pauv' Blancs" de Caldwell. Et puis, au-delà la traduction, on perçoit un style travaillé, alliant la réflexion la plus aiguë et le vocabulaire qui va en général avec, au langage infiniment plus fruste et brut de décoffrage de personnages qui, dans l'ensemble, ont dû quitter l'école à la fin du primaire. Le découpage enfin ne compte aucun temps mort. Sachant que ce roman constitue le premier de son auteur, c'est du bel art. Nous sommes en Géorgie, à Enigma, une agglomération des plus modestes qui tient plus du hameau que de la ville mais dont les habitants ne seraient vraiment pas satisfaits si on le leur faisait remarquer. Au moment où s'ouvre le roman, un drame vient d'assombrir ces cieux pourtant d'habitude si paisibles qu'on en vient à détester leur immuable placidité : Mary Bell Carter, à peine âgée de vingt ans, a été assassinée de soixante-et-un coups de pic-à-glace par un prédicateur noir de la région, Willallee Bookatee, lequel l'aurait aussi violée. Forcément : un Noir ne tue une Blanche que pour la violer. Pour les gens d'Enigma, c'est l'évidence même. Mais avant de procéder à l'inhumation et maintenant que l'assassin a été traîné en prison, tout Enigma attend la venue de l'Enfant prodigue du pays : le Chanteur de Gospel. Surtout que le Chanteur de Gospel, il l'aimait bien, Mary Bell. On pensait même que ces deux-là se marieraient. Alors, il est normal qu'on attende le retour du Chanteur de Gospel afin qu'il puisse chanter une dernière fois pour Mary Bell. Comme, de toutes façons, un grand revival est prévu dans le même temps à la sortie de la ville, on sait que le Chanteur de Gospel viendra. De fait, il arrive. Et plus rien ne sera plus jamais pareil, ni pour Enigma, ni pour le Chanteur de Gospel. Comment dire la fascination - le mot n'est pas trop fort - que j'ai éprouvée à lire ce roman d'une noirceur irrécupérable ? Crews nous dépeint un héros qui, depuis l'enfance, se sent différent non seulement des membres de sa famille mais aussi de tous ceux qui l'ont vu grandir, à Enigma. Certes, il aime les premiers et il appelle toujours les seconds par leur prénom. Mais beau, blond, avec une voix offerte par Dieu et une intelligence correcte, le Chanteur de Gospel n'a qu'un rêve : quitter Enigma pour toujours, sans jamais avoir besoin d'y revenir. Et pourtant, les sentiments - très ambigus - qu'il porte à Mary Bell l'ont toujours contraint à revenir. En apprenant sa mort, il se sent enfin libéré. Mais ayant commis l'erreur de rendre visite à Willalee, qui fut l'un des copains de son enfance, il prend conscience que, même s'il ne l'a pas commis directement, il est le seul responsable du drame. Alors, il veut fuir mais pas sans sauver la peau de Willalee. Or, enlever leur proie aux amateurs de lynchage, surtout en plein état sudiste, relève de la folie suicidaire. Le Chanteur de Gospel finit par renoncer. Mais son Destin - Dieu pour certains - ne l'entend pas ainsi ... Autour de l'axe central, une stupéfiante galerie de portraits : le shérif obèse qui ne tente que pour la forme de s'opposer au lynchage, le croque-morts qui réclame au Chanteur de Gospel la faveur d'autoriser sa petite fille de trois ans, aveugle, à lui toucher le visage afin de le "voir", la mère de la défunte, son bonnet noir et ses pleureuses, l'incroyable famille du Chanteur de Gospel - ne ratez ni son frère, Mirst, ni sa soeur, Avel : avec eux, comique garanti mais comique complètement frappadingue et qui laisse un goût d'amertume - Didymus, son imprésario, persuadé que sa propre mère siège à la droite du Seigneur et que lui-même est venu sur terre pour sauver l'âme du Chanteur de Gospel, Pied, le directeur de la foire aux freaks qui suit comme une ombre avide l'itinéraire du Chanteur de Gospel, et bien sûr, monstrueuse, épouvantable, dénuée du moindre atome d'empathie, ne pensant qu'à satisfaire ses besoins de vampire, la Foule se pressant, s'étouffant, s'étalant, se gonflant, se propulsant, pour assister au revival - comme à tout spectacle supplémentaire tel un bon vieux lynchage. Fascinant je le répète, émouvant, authentique et noir, résolument noir parce que noir rime avec sans espoir, "Le Chanteur de Gospel" est un grand livre. Vérifiez donc par vous-même. ;o)
Consulter sur Babelio

Date : 16/12/2012 - 08:16:32 Auteur : trust_me (via Babelio)

A Enigma, au fin fond de la Géorgie, on attend avec une impatience non dissimulée le retour de l'enfant prodigue. Né dans la bourgade, le chanteur de Gospel est devenu une star adulée dans tout le pays. A chacune de ses apparitions sur scène, le public est transporté par sa voix d'ange. Une idole qui retourne chez lui le temps d'un revival en plein champ, sous un chapiteau géant. Une idole qui va chanter pour Mary Bell, la plus jolie fille du coin, violée et poignardée plus de soixante fois avec un pic à glace. Une idole qui, si elle savait ce qui l'attend, aurait pris ses jambes à son cou… Premier ouvrage d'Harry Crews publié en 1968, Le chanteur de Gospel est un roman aux incontestables accents faulknériens. Reconnu comme l'un des chefs de file du Souther gothic (un mouvement littéraire combinant une atmosphère gothique avec des éléments culturels propres au sud profond), Crews, né en 1935 (et décédé le 28 mars 2012), a été élevé à la dure et s'est engagé à dix-sept ans dans les Marines. Il fera de la prison, sera tabassé par un Indien unijambiste et ne cessera de croiser des destins hors du commun, notamment en partageant pendant un long moment la vie d'une de ces foires aux monstres qui ont longtemps sillonné les États-Unis jusqu'au milieu du 20e siècle. Abandonnant femme et enfant pour se retirer dans une cabane au bord d'un lac, c'est dans ce décor d'ascète, stimulé par la drogue et l'alcool, qu'il débutera sa carrière d'écrivain. Un écrivain totalement atypique, souvent féroce avec les gens normaux et tendre avec les « freaks » qui peuplent chacun de ses textes. Ce que j'en ai pensé ? Un vrai régal. Tout ce que j'aime, cette ambiance totalement barrée, ces personnages mal dégrossis, ces dialogues saupoudrés d'argot local et cette tension qui monte crescendo jusqu'au final cataclysmique. Une Amérique de bleds paumés peuplés de rednecks, hantée par la misère, la déchéance et des croyances populaires aussi saugrenues qu'indéracinables. Une Amérique perpétuellement en quête de rédemption, prompte à sombrer en quelques instants dans la plus abominable des sauvageries. Il y a peut-être quelques longueurs et un certain déséquilibre entre une mise en route assez laborieuse et une fin que l'on dévore avec le plus grand plaisir, mais ce n'est après tout qu'un premier roman. J'ai du mal à comprendre pourquoi ce texte se retrouve en Folio policier. Il n'a strictement rien d'un polar. Le chanteur de Gospel est un roman inclassable qui a à l'évidence influencé nombre d'auteurs contemporains tels que Joe R. Lansdale ou William Gay. Quoi qu'il en soit, Harry Crews fait une entrée fracassante dans ma bibliothèque. J'ai déjà prévu de continuer ma découverte de cet auteur avec La foire aux serpents. Tout un programme !
Consulter sur Babelio

Date : 15/03/2013 - 20:56:30 Auteur : fofie921 (via Babelio)

L'histoire se passe dans le village miséreux d'Enigma en Géorgie. La jeune Mary Belle vient d'être voilée et assassinée par un noir . Mais tout le village attend la visite de l'enfant prodigue " Le chanteur de Gospel". Lui, a eu la chance avec sa voix d'ange de quitter Egnima pour se produire dans toute l'Amérique. Comme à chaque retour dans son village natal, il redoute cette visite mais se sent obligé de le faire. A fil du livre, on verre que le meurtre de Mary Bell est étroitement lier à la vie du chanteur de Gospel. On découvre aussi les conditions difficiles de la communauté Noire dans l'Amérique profonde. Mais aussi une ferveur religieuse qui cache une réalité sombre et des moeurs douteux. Si le début semble un peu "brouillon", on se laisse très rapidement envouté par ces personnages tous plus fous les uns que les autres. A découvrir absolument tant il est différent des autres livres
Consulter sur Babelio

Date : 21/04/2014 - 12:23:41 Auteur : BobPolar (via Babelio)

ENIGMA TIQUE Lecteur, ce serait te faire injure si je suppute que tu n'as pas encore découvert l'univers de Crews. Si c'est le cas, sache que j'en suis for marri. Perso, je n'ai qu'une longueur d'avance puisqu'il s'agit de ma première lecture de cet auteur. Message aux spécialistes : que les choses soient bien claires entre nous, je suis un bébé polardeux. « Allez vous faire foutre, allez tous vous faire foutre en enfer ! » Le ton est donné. Ma lecture fut si savoureuse et ininterrompue que je vais te le faire en une seule phrase. Mon challenge du jour à la noix. Sa famille élève des porcs qui se baladent dans leur baraque avec son frère et sa soeur pathétiques chanteurs brailleurs, sa mère qui se morfond et la populace misérable et pouilleuse d'Enigma attendant leur héraut, se languissant de leur héros messie, le Chanteur de Gospel, qui a fini par se décider à retourner avec son impresario-confesseur mystique Didymus dans son bled de merde, afin de revoir enfin Gaby sa belle qu'il va retrouver « dead »zigouillée au poignard et c'est ainsi... ...la suite sur http://bobpolarexpress.over-blog.com/2014/01/enigma-tique.html
Consulter sur Babelio

Date : 26/07/2015 - 14:42:34 Auteur : Godefroid (via Babelio)

A peine arrivé au milieu de la 2e page, je suis obligé de refermer le bouquin. Il ne s'est rien passé. C'est juste un noir nommé Willalee Bookatee qui guette de sa cellule l'arrivée d'une voiture. C'est juste quelques phrases toutes simples sur Enigma, un trou-du-cul-du-monde comme il en existe tant en Géorgie ou ailleurs, un ploucville acculé au néant, survivant grâce à un unique cordon ombilical de bitume que l'on suppose branché à la civilisation, quelque part au loin. Mais voilà, submergé par une émotion mystérieuse, j'arrête tout et je me demande : la dernière fois que j'ai lu un Harry Crews, c'était quand ? Et puis je me dis que depuis tout ce temps je n'ai rien lu qui s'apparente de près ou de loin à du Harry Crews. Et puis enfin je me retrouve habité par cette évidence que j'avais oubliée : ce type est vraiment unique. Le chanteur de gospel, jeune homme blanc à la voix d'or, est né à Enigma. Le chanteur de gospel (que personne n'appelle plus par son nom) rentre à Enigma environ deux fois par an pour revoir sa famille - dont tous les membres sont plus ou moins tarés, ainsi que la splendide Marybell avec qui il entretient une étrange idylle en pointillés. L'histoire démarre donc dans une cellule de la prison d'Enigma, occupée par un noir accusé du meurtre de la blonde et pure Marybell : de sa cellule, il scrute la seule route reliant Enigma au reste du monde, tout son espoir résidant maintenant dans l'arrivée de la Cadillac du chanteur de Gospel. Car tout le monde à Enigma sait que sa visite est imminente. Mon introduction n'était peut-être pas suffisamment explicite, je vais donc mettre les points sur les i : ce premier roman (publié) de Harry Crews est du même niveau que ceux qui vont suivre. Ne cherchez pas un défaut de jeunesse, des longueurs, maladresses, incohérences ou je ne sais quelle autre marque d'immaturité. Harry Crews débarque en 1968 avec sa cohorte de miséreux, les plus normaux en apparence étant les plus déviants à l'intérieur. Le Chanteur de gospel est un roman terrible, comme tous les romans de Crews. D'une humanité renversante, combinant une morale édifiante à une imparable logique. Piégé dans un rôle de Messie qui l'effraye de plus en plus, le chanteur de gospel se dirige tout droit vers un destin qui n'offre aucune alternative. Ce n'est pas un mauvais bougre dans le fond, mais après avoir suivi la pente la plus facile, celle qui l'a mené au succès et à une illusoire omnipotence, après avoir sali petit à petit, sans réaliser vraiment, ce que l'être humain a de plus beau en lui, l'irréparable se produit, comme une fatalité. On ne referme pas Le chanteur de gospel complètement assommé parce que tout ce qui arrive à la fin est presque naturel, sans grande surprise, conforme au châtiment divin. Mais tous ces personnages, on les emporte avec soi. Peut-être vous suivront-ils longtemps, sans pourtant vous hanter ; peut-être, un instant, vous rendront-ils meilleur. Traduction formidable de Nicolas Richard.
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 4
  • Page suivante
  • Dernière page