contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 1
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

1/1
Jane Eyre
Auteur :
Brontë, Charlotte
Éditeur :
Penguin Books
Date de publication :
1966
ISBN :
9780140430110
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Qté Réservable Code à barres
NAMUR - Bibliothèque provinciale de Namur NAMUR 820-3 BRO 14.20 J 1 oui 8105000352849
ATHUS - Bibliothèque Hubert Juin ATHUS 820 BRO497 J 1 oui AT39977
ETALLE - Bibliothèque Communale d'Etalle ETALLE 8-3eng*Bro*J 1 oui ETA33875
WAREMME - Bibliothèque libre de Waremme WAREMME 8A1 BRONTJ 1 oui 4300W1042961
SPRIMONT - Bibliothèque communale Aux Mille feuilles SPRIMONT 821 LITTERATURE ETRANGERE 1 oui SPRIM1010460
SART - Bibliothèque de Sart JALHAY 82-3(E) BRO 1 oui 87020235171
NIVELLES - Bibliothèque locale de Nivelles NIVELLES PA - 8-3=20 1 oui 14000200164023

Orpheline, Jane Eyre est recueillie à contrecoeur par une tante qui la traite durement et dont les enfants rudoient leur cousine. Placée dans un orphelinat, elle y reste jusqu'à l'âge de dix-huit ans. Elle devient alors institutrice dans une famille et tombe passionnément amoureuse du père de ses élèves. Un amour partagé, auquel elle résistera d'abord, découvrant avec horreur l'existence de la première femme de Rochester, enfermée pour folie par son mari.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 23/12/2007 - 20:35:33 Auteur : Woland (via Babelio)

Jane Eyre Traduction : Charlotte Maurat pour Le Livre de Poche Surprenant roman que "Jane Eyre" : une intrigue d'un romanesque outrancier mais parfaitement maîtrisée (si l'on excepte la partie où Rochester déclare sa flamme à Jane et lui demande de l'épouser, qui est sacrément gnangnan), des personnages qui, sans l'indéniable talent de son auteur, ne seraient que caricatures, et enfin des prises de position féministes proprement ahurissantes chez une fille de pasteur aussi soumise que le fut Charlotte et qui s'insèrent avec audace dans un récit touffu où abondent les descriptions parfois trop appliquées de la campagne anglaise et (pour mon goût) les références un peu trop nombreuses - surtout dans le dernier tiers du livre - à la Bible, au péché, aux pécheurs, etc, etc, etc ... Plus que tout, c'est le plaisir profond que Charlotte Brontë prit à l'écrire - et que l'on sent pratiquement à toutes les lignes - qui fait de "Jane Eyre" un monument incontournable de la littérature anglaise. Paradoxalement cependant, "Jane Eyre" est aussi une espèce de contre-monument à l'Ere victorienne : car c'est avec jouissance, avec sensualité et avec une frénésie authentique que la romancière y envoie valser les conventions sociales et mondaines. Allons plus loin et n'hésitons pas à écrire qu'une lecture attentive et impartiale de ce "pavé" démontre une perversité raffinée mise en oeuvre pour légitimer ce qui, si on le regarde bien, demeure bel et bien la séduction d'un quadragénaire fortuné et viveur par une fausse innocente de vingt ans sa cadette. "Fausse innocente" en effet parce que le personnage de Jane Eyre est ambigu. Enfant, elle a déjà les haines d'une adulte passionnée dont, pas une minute et malgré les touchants efforts de celle qui l'a imaginée pour la ramener au Créateur, à la Bible et à tout ce que l'on voudra dans ce goût-là, on ne parvient à croire une minute qu'elle se soit assagie. Quoi ! Une femme capable d'éprouver une passion amoureuse aussi violente pour un homme qu'on devine extrêmement charnel serait aussi la plus candide et la plus pieuse des ouailles du pasteur local ? Im-pos-si-ble, déclare très vite le lecteur qui manque d'ailleurs quelquefois d'apposer le terme "arriviste" à ce parcours impeccable vers la réussite sociale. La construction du roman, elle, est par contre extrêmement claire et vient se greffer sur un sens de l'analyse qui surprend chez un auteur si jeune et surtout si dépourvu d'expérience du monde. Sous une autre plume, "Jane Eyre" ne serait qu'un conte de fées pas très net aux entournures, mis à la mode du XIXème siècle. Mais la force de caractère de son auteur est telle qu'elle parvient à nous le faire lire encore, à plus d'un siècle de sa première parution, avec un intérêt qui ne faiblit que très rarement tout au long du récit. Pour un livre, pour son créateur, c'est là la marque de l'immortalité. Il faut dire que Charlotte Brontë, en bonne romancière, fonde sa fiction sur des bases réelles : l'institution Lowood, où la petite Jane est envoyée par sa tante par alliance, Mrs Reed, reproduit les us et coutumes d'une institution où séjournèrent Charlotte et l'une de ses soeurs ; les personnages de bigots que l'on aperçoit par ci, par là (notamment la famille Brocklehurst) sont peints probablement d'après nature : Brontë n'était pas pour rien fille de pasteur ; la bigamie froidement envisagée par Edward Rochester fait écho à un fait divers qui fut rapporté à la romancière alors qu'elle était une toute jeune institutrice de 19 ans, en poste chez Miss Wooler ; quant au personnage de Mr Rochester lui-même - et à la fascination qu'il exerce très tôt sur la gouvernante de sa pupille - ils évoquent irrésistiblement la passion malheureuse de Charlotte pour M. Héger qui tenait à Bruxelles un pensionnat où la jeune fille enseigna un temps avec sa soeur, Emily. Les piques contre le caractère des Français, que l'on rencontre çà et là dans le roman, proviennent en partie de la rancoeur que Charlotte conserva envers M. Héger, lequel, désireux de sauvegarder son propre mariage, mit brutalement fin à la correspondance qu'elle ébaucha avec lui après son départ de Bruxelles. Eh ! oui, ce n'est pas un hasard si la petite Adèle est née française ! Idem pour les critiques voilées de la foi catholique (Eliza, l'aînée des cousines de Jane, a pour projet de se convertir au catholicisme et devient d'ailleurs supérieure d'un couvent, en France). Fille d'un pasteur anglican, Charlotte Brontë ne se pardonna jamais d'avoir cédé, à Bruxelles, à la tentation du papisme : on sait en effet que l'exaltation amoureuse et les souffrances qu'elle ressentit à l'époque la conduisirent même à se confesser. (La pratique de la confession est, de toutes façons, l'une des rares choses que beaucoup de non-catholiques, célèbres ou pas, envient à l'Eglise de Rome. Wilde lui-même la trouvait "sublime.") "Jane Eyre" n'est peut-être pas un roman à lire quand on a vingt ans car on risque alors de passer à côté de ses indéniables qualités littéraires ainsi que de l'ambiguïté de ses héros. Mais si on l'a lu à cet âge, il faut au moins se promettre de le relire vingt ans plus tard : tel un bon vin (français, cela va de soi ! ;o)), il ne cesse de se bonifier avec le temps.
Consulter sur Babelio

Date : 18/02/2008 - 19:04:55 Auteur : Youplala (via Babelio)

Un ptit résumé de l'histoire: Jane Eyre est une orpheline recueillie par sa méchante marâtre tante qui ne l'aime pas et qui le lui montre chaque jour qui passe. Lassée de voir sa nièce, la tata pas sympa (ok, ce jeu de mot est pourri) l'enverra dans une école pour jeunes filles sans fortune où Jane apprendra tout ce qui lui sera nécessaire afin de devenir enseignante. Une fois qu'elle sera en âge de se prendre en charge, elle quittera son école afin d'aller travailler chez un certain Mr Rochester où elle éduquera la pupille de celui-ci. La relation entre Jane Eyre et son maître ne restera pas purement professionnelle, mais des tas d'obstacles se dresseront entre eux dont un terrible secret. Wutherings Heights d'Emily Brontë est l'un de mes romans favoris et je m'étais jurée un jour de lire les oeuvres de ses soeurs afin de voir si elles avaient été aussi bonnes qu'elle, et j'ai plus particulièrement choisi Jane Eyre car Boréale avait rédigé il y a quelques temps un article élogieux dessus. Je dois dire que je n'ai pas été déçue. Je ne sais pas ce que me réservent les autres livres du Challenge ABC, mais Jane Eyre restera assurément l'un de mes plus grands coups de coeur de l'année (je suis même déterminée à le relire en anglais afin de mieux en saisir les subtilités). J'y ai retrouvé un peu le même genre d'ambiance que dans Wuthering Heights, mais en moins violente et tourmentée. On y retrouve les thèmes de la destinée, de la blessure à vif d'un homme seul, de la monstruosité, du bonheur inaccessible et de la vengeance... mais le personnage principal est bien différent d'Heathcliff ou Kathy. Jane est un personnage très sensé, elle a la tête sur les épaules, une haute estime d'elle-même et elle foule joyeusement du pied les préjugés sociaux de l'époque qui voulaient qu'une femme soit une pauvre petite chose fragile et stupide tandis que la classe sociale était la chose la plus importante qui soit. Quant à l'histoire, bien qu'elle paraisse gnangnan quand on lit le résumé je l'ai trouvée tout à fait juste. Pas de mièvrerie casse-pieds, pas de héros surhumains. D'ailleurs, le fait que Jane soit décrite comme pas très jolie et que Mr Rochester soit carrément laid m'a bien aidée à plus rentrer dans le roman car ces personnages semblent tout ce qu'il y a de plus normal. Ils doutent, ils prennent certaines décisions puis s'en repentent, ils se font arnaquer, ils ne savent pas quoi faire et ensuite se retrouvent coincés dans certaines situations pas géniales... comme vous et moi en gros. :-) Bien sûr, certains coups de théâtres assez hallucinants sont de temps en temps glissés dans l'intrigue afin de faire avancer les choses. Au point que je me suis demandée si Charlotte Brontë n'était pas fan de Molière pour faire des retournements de situation aussi abracadabrants. Surtout au cours de la troisième partie du roman, où là il y a vraiment des évènements complètement dingues qui se produisent. Et forcément, Jane Eyre baisse un peu en qualité au cours de ces passages. Mais le reste est tellement chouette qu'on lui pardonne. :-) Pour finir, sans savoir que cela avait été étudié maintes et maintes fois, j'ai trouvé que Jane Eyre ressemblait beaucoup à Rebecca de Daphné du Maurier (enfin, plutôt le contraire vu leur date de parution ^^). En beaucoup moins chiant (j'ai jamais fini Rebecca, c'était beaucoup trop lent pour moi). Par exemple, il y a pas mal de descriptions dans Jane Eyre et dans Rebecca. Ben dans ce dernier je me suis emm**dée comme un rat mort, alors que dans le premier c'est passé comme une lettre à la poste. Maintenant il ne me reste plus qu'à lire "the professor" de Charlotte Brontë afin de voir si je peux revivre les mêmes sensations de lecture!
Consulter sur Babelio

Date : 23/02/2008 - 17:23:39 Auteur : Delaetitia (via Babelio)

L'emploi à la première personne nous rend très proche de l'héroïne Jane Eyre. Le lecteur vit à ses côtés, éprouve ses peines et ses joies, suit son évolution de petite orpheline pauvre et rejetée jusqu'à l'âge adulte. C'est aussi par la suite, une merveilleuse histoire d'amour qui naît entre deux êtres si différents que les remous de la vie ne cesseront de séparer et de malmener. Charlotte Brontë laisse d'ailleurs au fil des pages quelques traces de rencontres et d'évènements qui ont eu lieu dans sa vie bien que son oeuvre ne soit pas autobiographique (le pensionnat, son poste d'institutrice…). Elle nous dépeint aussi une Angleterre victorienne des plus caricaturale entre noblesse vaniteuse, superficielle et pauvres gens loyaux, authentiques. La romancière joue avec les clichés : la qualité d'une personne étant proportionnelle à sa bourse, les riches étant les méchants et les pauvres, les gentils. Jane en est le parfait exemple puisque sans fortune et sans parents, elle devient un fardeau pour sa famille d'adoption riche et hautaine. Même si Charlotte est fille de pasteur, les références multiples à la religion (bible, péchés et compagnie) deviennent malgré tout agaçantes. Par contre, les descriptions des paysages et de l'atmosphère sont tout simplement enchanteurs. Campagne verdoyante le jour, sombres et maléfiques, la nuit. La superstition et le surnaturel font partis des éléments marquant du roman. On les retrouve sous forme de rêves, de signes et d'allusions (rêves d'enfants au mauvais présages, marronnier foudroyé…). Cela renforce le côté sinistre de l'histoire. Les personnages sont, eux, fouillés, cernés, analysés avec détails. L'écriture est quant à elle, délicate, immuable, passionnée. Un récit qui donne à réfléchir, une belle leçon de vie qui pousse à voir au delà des apparences. Bref, un livre qui ne laisse pas indifférent. Un chef d'oeuvre, certainement !
Consulter sur Babelio

Date : 21/06/2008 - 12:58:09 Auteur : misscece (via Babelio)

Jane Eyre est un classique de la littérature anglaise écrit par Charlotte Brontë. Cette biographie de Jane Eyre est écrite sous forme d'un récit à la 1ère personne du singulier, ce qui nous rend plus proche de l'héroïne. Le ton varie mais garde toujours un air d'ancienneté plein de charme, principalement grâce au style soutenu dans lequel tout le récit est conté. Ce roman est, certes, une histoire d'amour, de vie, mais il présente également un grand intérêt documentaire. D'un côté, Charlotte Brontë nous fait connaître les moeurs du XIXe siècle par son roman et la vie de son héroïne. De plus, la description des lieux, paysages, est très précise et d'une grande importance car elle représente réellement l' Angleterre d'il y a presque deux cents ans. Ce livre est un classique de la littérature anglaise, et ce n'est pas pour rien ! Dès le début, on se retrouve littéralement plongé dans cet univers du XIXe siècle. Cela est dû notamment aux descriptions foisonnantes des lieux, paysages, mais aussi à l'écriture pleine de style de Charlotte Brontë. Jane Eyre n'est ni belle, ni choyée, ni gâtée par la vie, mais elle étudie et devient institutrice, puis trouve une place chez M. Rochester. La plus grande partie du livre raconte l'histoire d'un grand amour entre Jane Eyre et Edward Rochester. C'est avec grand plaisir que j'ai lu cette biographie fictive d'une héroïne hors du commun. Ayant eu la chance de visiter le village de Haworth où les soeurs Brontë ont vécu, ce roman m'a d'autant plus plu. A lire.
Consulter sur Babelio

Date : 27/06/2008 - 19:22:07 Auteur : Ori (via Babelio)

ane Eyre de Charlotte Brontë, Livre de poche Jane Eyre est orpheline, elle est recueillie par son oncle qui meurt rapidement et fait promettre à sa femme de l'élever comme sa propre fille. Mais sa tante l'abhorre et l'exècre. Jane Eyre est maltraitée par ses cousins, et toujours punie par sa tante. Bientôt, Jane Eyre part en pension, mais ce n'est que pour trouver une autre prison. En pension, on l'affame, on l'humilie. Mais c'est aussi là qu'elle va rencontrer Hélène Burns, jeune fille fragile dont l'âme est si pure (elle m'a rappelé, la petite fille enfermée dans la prison dans Combats d'hiver de Mourlevat) et sa protectrice Miss Temple qui fera d'elle une autre. Huit ans plus tard, Jane Eyre trouve une place d'institutrice à Thornfield Hall, chez Mr Rochester. Elle ne sait pas encore que cette rencontre va bouleverser sa vie. J'ai eu du mal à entrer dans le roman au début, et puis passé les 100 premières pages, je l'ai dévoré parce que Jane Eyre est un roman à suspens (enfin surtout quand on a pas lu la 4ème de couverture qui évente le secret à la deuxième ligne !), quel lourd secret cache Mr Rochester? Jane Eyre va-t-elle l'aimer? Vont-ils finir ensemble à la fin ? Cependant le roman reste vraiment d'un autre temps, les motivations de Jane Eyre m'ont paru vraiment étriquées, ****ATTENTION SPOILERS elle renonce à un homme parce qu'il est marié, uniquement dans les textes, à une folle.**** Elle est même prête à partir aux Indes avec son cousin qui ne l'aime pas, simplement pour servir Dieu. Je sais bien qu'il faut replacer tout cela dans le contexte de l'époque, mais cela reste frustrant. Heureusement qu'elle se révolte un peu, car le complexe Princesse Sarah, je ne supporte pas. Enfin je me suis amusée de la vision de l'héroïne sur les français, et surtout les françaises qui sont des êtres volages, obsédées par leurs toilettes. D'ailleurs les jugements de Jane Eyre sur la petite française qu'elle éduque, Adèle, m'ont souvent choquée, elle la juge vraiment durement pour une enfant ! Cela reste un grand roman, mais je crois que je préfère Les Hauts de Hurlevent pour le côté dramatique et violent.
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 1
  • Page suivante
  • Dernière page