contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 47 sur 47
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

47/47
Les Rougon-Macquart 6
Auteur :
Zola, Émile 1840-1902
Hung, Julia
Langue :
français
Titre série :
Les Rougon-Macquart : histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire, 6 6
Éditeur :
Omnibus
Date de publication :
2013
Numéro :
6
Collection :
Omnibus
ISBN :
9782258093171
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Qté Réservable Code à barres
LIEGE - Bibliothèques Chiroux LIEGE 840 ZOLA 2 oui 2101004700229

La suite du cycle des Rougon-Macquart. Chaque roman est précédé d'une présentation permettant de situer les personnages, de préciser les faits marquants de son époque et de rendre compte de l'accueil à sa parution.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 23/03/2009 - 12:54:34 Auteur : yo (via Babelio)

Eugène Rougon vient de présenter sa démission à Napoléon III. S'il n'est pas inquiet quant à son avenir, ses amis ne partagent pas son flegme : ils craignent tous de perdre les avantages que pouvaient leur procurer le ministre, que ce soit Kahn ou Béjuin les députés, Merle l'huissier, les Charbonnel qui souhaitent récupérer un héritage et Mme Correur qui promet des cadeaux qu'elle ne peut pas offir à ses amis. Mais le pire danger pour Rougon n'est pas celui qu'il croit, car Clorinde Balbi, la femme qui l'aime et qu'il a délaissé, se révèle être sa plus dangereuse adversaire. Son excellence Eugène Rougon est un roman politique. L'intrigue est réduite à son minimum : on suit la chute, le retour en grâce puis la nouvelle déchéance politique de Rougon, instrument politique autoritaire dans les mains de Napoléon III. Outre cette plongée dans le milieu parlementaire et dirigeant du 2nd Empire, le lecteur assiste à la cour que mène les multiples personnages, ou parasites, qui tournent autour du pouvoir. Ils mangent à tous les râteliers, n'hésitant pas à retourner leur veste au moment opportun, napoléonien un jour, républicain un autre, légitimiste un troisième. Pour tout dire, ce n'est pas mon roman préféré de Zola. L'intrigue, en se concentrant sur la personne de Rougon et son parcours politique, manque quelque peu d'ampleur. Sa relation tumultueuse avec Clorinde, mue par une rancune tenace, ne permet de donner tout l'élan habituel des romans de Zola. Pas de grands drames, pas de déchéances fulgurantes, mais les compromis inhérents à tout régime basé sur le choix du Prince (Tiens, ça me malheureusement penser à une période très actuelle…).
Consulter sur Babelio

Date : 28/11/2010 - 14:28:52 Auteur : ivredelivres (via Babelio)

Je dois dire que je me suis bien amusée à lire les aventures politico-affairistes d'Eugène Rougon durant l'été, je passais de la radio au roman, du journal télévisé à Zola en ayant l'impression d'être dans le même monde, les séparaient simplement quelques décennies, des écoutes téléphoniques, Eugène Rougon en aurait rêvé, et le matraquage médiatique qu'on savait déjà faire sous le Second Empire mais avec des moyens plus modestes. Eugène Rougon, celui qui a réussit, ayant été aux avant-postes du coup d'état de Napoléon III, il a reçu sa récompense, député puis ministre il incarne la réussite, il est devenu un dignitaire de l'Empire. Il incarne aussi ce qui va avec la réussite politique : les compromissions, les magouilles, les bassesses, les pots de vin. Tout cela sous couvert de démocratie, de dévouement à la chose publique. Il incarne la loi et l'ordre, l'autorité sans partage, il écrase, il méprise, il achète la fidélité et l'obéissance, veut contrôler la presse et avoir l'opinion publique à sa dévotion. Comme toujours en cas de réussite ses amis se font nombreux, se font pressants, qui pour obtenir une médaille, qui pour obtenir un avancement. Les amis se transforment en parasites, en courtisans flagorneurs n'hésitant pas à abandonner Eugène Rougon au milieu du gué quand le vent tourne, leur intérêt est en jeu, là c'est la débandade il n'y a plus d'amis. Bref un monde de dupes où l'ascension puis la chute du ministre va passer par les mains d'une femme. La belle Clorinde Balbi qui tire les ficelles dans son dos et se vengera du mépris dans lequel il la tient lorsque ses efforts la conduiront dans le lit de l'Empereur. De roman en roman j'élargis ma connaissance de Zola et je dois dire que j'y prends toujours grand plaisir, bien sûr on est loin ici du paradou, des étals des Halles ou de Plassans. Ce noir tableau d'une classe politique corrompue et avide m'a plu, le monde politique ne change pas, les mêmes rouages sont au travail, les mêmes leviers mènent le monde : pouvoir, argent, sexe ......De Zola à nous il y a à peine un saut de puce.
Consulter sur Babelio

Date : 27/08/2011 - 09:09:02 Auteur : fil29 (via Babelio)

En fait, ce livre a été écrit au XXIéme siècle, et on ne nous l'avait pas dit... Si, Si lisez le, vous verrez ça se passe comme ça de nos jours ce livre est génial
Consulter sur Babelio

Date : 31/05/2012 - 19:41:07 Auteur : Sarah_DD (via Babelio)

Une plongée dans les coulisses du pouvoir et dans ses magouilles : pistons, alliances et désalliances, favoritisme, mesquineries,... Avec la touche Zola évidemment : ni grossièreté ni longueurs.
Consulter sur Babelio

Date : 29/06/2012 - 13:31:09 Auteur : lecassin (via Babelio)

Publié en 1876, « Son Excellence Eugène Rougon », est le sixième volume de la série « Les Rougon-Macquart ». Dans cet ouvrage, et selon les propres termes d'Emile Zola, on pénètre les « coulisses politiques » du Second Empire dans une période qui va de 1856 à 1861. Le personnage principal de ce volume, Eugène Rougon, n'est pas un inconnu. Fils aîné de Pierre et de Félicité Rougon, son influence est perceptible dans « La fortune des Rougon », « La curée » et « La conquête de Plassans ». Sorte d'éminence grise, il utilise sa position politique pour favoriser sa famille ; sans états d'âme. Petit avocat de province, il monte à Paris où son ambition démesurée et son manque de scrupules en feront un politique redoutable et un homme influent quand il parviendra à la présidence du Conseil d'Etat. Jusqu'au jour où, tombé en défaveur, il démissionnera. Suit alors la description minutieuse de l'action de son « équipe » pour le ramener au pouvoir. Action pilotée par la belle Clorinde Balby épouse Delestang, grande manipulatrice qui ira jusqu'à se compromettre avec De Marsy, le rival politique de Rougon… Une description implacable de l'imbrication du monde politique et du monde des affaires sous le Second Empire et une critique féroce de l'accession aux postes à responsabilité, plus par l'activation d'un réseau que par la démonstration de réelles compétences.
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 47 sur 47
  • Page suivante
  • Dernière page