contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 48 sur 52
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

48/52
Les Rougon-Macquart : roman 17. La bête humaine
Auteur :
Zola, Émile
Langue :
français
Éditeur :
Marabout
Date de publication :
1995
Numéro :
17
Collection :
Bibliothèque Marabout
ISBN :
9782501023887
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Code à barres
NEUVILLE-EN-CONDROZ - Bibliothèque de Neuville-en-Condroz NEUPRE 82-3 ZOLAEM B NEU007937
DURBUY - Bibliothèque communale de Barvaux BARVAUX 8-3*ZOL*B DUR37623
LEUZE EN HAINAUT - Bibliothèque communale de Leuze en Hainaut LEUZE EN HAINAUT 8-3 ZOLA B 23476

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 09/06/2008 - 22:00:43 Auteur : Sarah_DD (via Babelio)

On retrouve bien entendu le style de Zola, mais j'ai trouvé que ce roman mettait en parallèle de manière peut-être trop évidente l'homme et sa machine. J'ai trouvé les personnages moins attachants que dans d'autres volumes (comme le Bonheur des dames).
Consulter sur Babelio

Date : 24/05/2010 - 22:52:19 Auteur : Nyra (via Babelio)

Ennuyant. Très. Qu'ajouter, sinon que c'est, bien entendu, très subjectif ?
Consulter sur Babelio

Date : 27/05/2010 - 21:28:59 Auteur : TheBee (via Babelio)

Du très grand Zola. Une lecture insolite au milieu des classiques, qui nous fait pénétrer dans les méandres de l'âme humaine, de la "bête" humaine. Il est rare de rentrer dans la peau d'un tueur en puissance et d'observer la lutte incessance avec ses démons intérieurs. Un des précurseurs du roman noir, s'inscrivant dans un contexte social lié à l'industrialisation, à l'arrivée des machines, où es couches sociales les moins privilégiées sont représentées. L'écriture est dérangeante , c'est peut-être pour cette raison que j'en garde un souvenir impérissable.
Consulter sur Babelio

Date : 22/06/2010 - 19:48:24 Auteur : vincentf (via Babelio)

Roman de meurtre, de médiocrité, d'amour, de chemin de fer, La Bête humaine est un concentré de violence. La rencontre d'Eros et de Thanatos aboutit aux drames, les personnages se tuent parce qu'ils s'aiment ou s'aiment parce qu'ils se tuent, sans qu'on puisse l'expliquer, sinon par une hérédité qui dépasse de loin celle de la famille, l'homme des cavernes qui tuait au fond des bois. Les personnages tuent et personne n'en a le moindre remords, ni Jacques, qui avait cru jusqu'au bout qu'il était possible de résister à la pulsion fatale, ni Roubaud, qui se noie dans le jeu, ni Séverine, qui se noie dans le corps de Jacques, ni Misard, qui cherche à tout jamais ses mille francs, ni Flore, qui fait dérailler le train pour rien. La mort rôde partout où se trouve l'amour. Même la Lison, seul personnage véritablement innocent, avec le "coupable" Cabuche, meurt atrocement, assassinée. Tout est sang, instinct de mort, fuite en avant, comme le train, à la fin, qui annonce la débâcle. Pourtant, la vérité, l'ignoble vérité, la part de l'assassin en tous, reste cachée. Le procès condamne un innocent, le seul. L'honneur est sauf. Cabuche est le coupable idéal. La preuve qui l'innocente est sciemment cachée. Dreyfus sera le coupable idéal. Le bordereau livrera la vérité.
Consulter sur Babelio

Date : 12/09/2010 - 18:35:54 Auteur : ivredelivres (via Babelio)

lL faut d'abord que j'avoue : je n'aime pas beaucoup Zola, le seul roman que j'ai lu avec un vrai plaisir est Au bonheur des dames pour les autres .....Oui je sais que certains sont des chefs d'oeuvre mais il faudrait que je m'y remette. Ce roman là m'a convaincu de reprendre la lecture de Zola, la Bête humaine m'a réellement enthousiasmé, comme le meilleur des romans noirs. Quelques mots de l'histoire en essayant de ne pas déflorer le sujet. Jacques Lantier (le fils de Gervaise dans la saga des Rougon Macquart ) est mécanicien sur une locomotive « La Lison », c'est toute sa vie cette locomotive, mais Lantier est un homme tourmenté par des pulsions de meurtre et le roman nous raconte sa descente aux enfers lorsqu'il fait la connaissance de Séverine Roubaud. J'ai aimé la noirceur du roman, la puissance des sentiments qui anime les personnages, la spirale du malheur qui va entraîner tous les protagonistes dans le drame. Je gardais un souvenir un peu confus du film de Jean Renoir, mais après l'écoute du roman je n'ai qu'une envie c'est le trouver en DVD et...lire Zola
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 48 sur 52
  • Page suivante
  • Dernière page