contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 4
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Code à barres
LIEGE - Bibliothèques Chiroux LIEGE 8(092) SALTER S 2105000002290
MOUSCRON - Bibliothèque communale de Mouscron MOUSCRON 82-3 SALT U 164398
MOUSCRON - Bibliothèque communale de Mouscron MOUSCRON ROM 820-3 SAL U 704214

James Salter fait figure de légende. À cet ancien pilote de l'US Air Force, romancier et scénariste à Hollywood, on prête un amour excessif du danger, le goût des femmes et une passion pour la France. Et l'on n'a pas tort, à en juger par son autobiographie. Salter s'y montre moins soucieux d'entretenir la légende que de dire la vérité. C'est pourquoi ce livre, contrairement à tant de mémoires d'écrivains, sonne si juste. Salter raconte : son enfance à New York dans les années 30, l'influence de son père qui le conduit à West Point, la prestigieuse académie militaire où - fait rarissime pour un juif - il fait toutes ses études avant d'entrer dans l'armée de l'air, puis la Corée et ses missions de pilote de chasse sur les premiers jets supersoniques. Il démissionne de l'armée pour se consacrer à l'écriture, devient romancier (Un sport et un passe-temps, Un bonheur parfait, etc.) et scénariste. Salter trace d'admirables portraits, de Kerouac à Irvin Shaw, de Robert Redford à Joe Fox : c'est drôle, cruel, un brin nostalgique. Nécessairement inachevés, ces mémoires sont un tour de force narratif et stylistique. Dans une prose ciselée, un des derniers grands écrivains américains nés avant la guerre jette un regard ironique et grave sur notre époque.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 14/06/2011 - 23:30:09 Auteur : Telerama (via Babelio)

Rencontres affectueuses ou admiratives [...] où l'on croise Greene, Redford, Nabokov, Shaw ou Polanski.
Consulter sur Babelio

Date : 18/06/2011 - 18:21:41 Auteur : LeFigaro (via Babelio)

[Une vie à brûler est ] moins recueil de mémoires que recréation nostalgique d'un monde disparu. Comme si le Nabokov d'Autres rivages avait entrepris de narrer la vie d'un personnage de Fitzgerald.
Consulter sur Babelio

Date : 09/07/2011 - 16:48:18 Auteur : Lexpress (via Babelio)

Avec Une vie à brûler, Salter a signé une magistrale autobiographie, où il est surtout question de son intrépide jeunesse.
Consulter sur Babelio

Date : 23/03/2012 - 14:15:53 Auteur : Corboland78 (via Babelio)

James Salter, né en 1925 à New York sous le véritable nom de James A. Horowitz, est écrivain et scénariste. Son premier roman basé sur son expérience de la guerre de Corée, The Hunters paru en 1956, a été adapté au cinéma avec Robert Mitchum en 1958. Paru en 1997, Une vie à brûler, est une autobiographie de l'auteur. Le bouquin est constitué de deux parties, la première nous narre particulièrement ses années d'études à la prestigieuse école militaire de West Point « Je me préparais à entrer à cette académie de West Point si éloignées de mes préoccupations » pour faire plaisir à son père, puis son parcourt dans l'aviation avec les guerres, de la Corée à l'Europe. Il y a aussi son admiration sans bornes pour les héros de la Conquête de l'Espace. Discrètement il commence à écrire ce qui deviendra plus tard son premier roman The Hunters. C'est à cette époque, âgé de 32 ans qu'il démissionne de l'armée et de l'US Air Force, le lieutenant-colonel Horowitz devient James Salter, profession écrivain. La seconde partie du livre s'attache plus aux nombreux voyages en Europe et aux rencontres car l'auteur connaît beaucoup de monde, que ce soit Jack Kerouac et Julien Beck côtoyés sur les bancs d'école, D.W. Griffith le célèbre cinéaste pionnier, Irvine Shaw, Robert Redford, Fellini, Polanski et tant d'autres. Les femmes sont très présentes dans sa vie comme on l'imagine, la sienne et celles des autres, discrètement il évoque le décès d'une de ses filles. James Salter n'hésite pas à lâcher quelques scuds, Marcel Jouhandeau qui fréquentait un bordel homosexuel à Pigalle tous les jeudis après-midi, « Thomas Mann, mon dieu. Ses enfants… inceste à n'en plus finir, constamment » et autres gracieusetés, certainement en vertu du principe qu'il « possédait un appétit aigu pour les commérages, sans lesquels toute conversation est sans saveur ». Autobiographie, mais roman d'aventures vécues aussi, de ses années de pilote d'avion de guerre puis ses expériences sur les tous premiers avions à réaction, à ses rencontres avec des intellectuels de tous horizons en passant par ses séjours à Hollywood dans les milieux du cinéma comme scénariste et ses voyages en Europe, tout le livre n'est qu'une succession d'épisodes savoureux, cruels et dramatiques parfois. J'ai eu du mal à entrer dans le bouquin, m'intéressant difficilement aux propos et peinant sur l'écriture. Puis lentement quand je me suis habitué au style de l'écriture, courte et ramassée de l'auteur, parfois elliptique, j'ai pu me consacrer au texte et je n'ai plus lâché le bouquin jusqu'à la fin. Un très bon livre, même si j'admets qu'il ne puisse plaire ou intéresser tout le monde.
Consulter sur Babelio

Date : 28/09/2014 - 21:28:50 Auteur : Fx1 (via Babelio)

Quand un auteur est important l'on craint souvent sa biographie ... Avec cet opus Salter démontre que la biographie peut étre un art .. Celle çi il l'a écrite lui méme , et au fond c'est logique tellement sa vie est forte et ne pouvait étre approchée par le premer tacheron venu . Cet ouvage au delà de l'histoire hors norme d'un grand écrivain , c'est aussi l'histoire des Usa , celle que l'on ne veut pas forcèment connaitre . Cette "promenade " au coeur de l'histoire s'avére passionante , incroyable et un peu effrayante . Un trés grand livre indéniablement .
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 4
  • Page suivante
  • Dernière page