contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 4 sur 5
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

4/5
L'opinion allemande sous le nazisme : Bavière 1933-1945
Auteur :
Kershaw, Ian
Dauzat, Pierre-Emmanuel
Sujet :
National-socialisme : Opinion publique : Allemagne : 1900-1945
Bavière (Allemagne) : 1918-1945
Langue :
français
Titre original :
Popular Opinion and Political Dissent in the Third Reich
Éditeur :
CNRS
Date de publication :
2010
Collection :
Histoire
ISBN :
9782271070692
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Code à barres
SCHAERBEEK - Bibliothèque Sésame SCHAERBEEK 94340/45 KER 1947121030
SCHAERBEEK - Bibliothèque Mille et une pages SCHAERBEEK 943 40/45 KER 1683841030

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 30/08/2014 - 10:23:50 Auteur : akhesa (via Babelio)

Dans cet ouvrage,l'auteur nous parle de l'opinion des Allemands sous le nazisme au sein des différentes couches de la population.Il y parle de la recession du chomage;des obligations de travail,de la baisse des salaires,de l'augmentation des heures de travail,et de leurs conséquences au quotidien. Il y parle ensuite de la classe bourgeoise,des paysans et des artisans.Toutes ces classes ont paye un lourd tribut a l'economie et a la politique menee pour soutenir l'effort de guerre;toutes ces classes mecotentes,n'ont rien pu faire pour ameliorer leur sort. puis il nous parle de l'eglise protestante et la,toutes les classes confondues ont dit"non",se sont soulevees,ont manifeste leur mecontentement jusqu'à l'obtention de leur prerogative.En ce qui concerne l'eglise catholique,la population s'est soulevee,a manifeste son mecontentement quant aux mesures discriminatoires prises par l'Etat;il ne faut pas toucher a la religion. Dans le chapitre concernant la persecution des Juifs,on apprend qu'une partie de la population s'est laissee facilement endoctrinee et eprouve réellement de la haine vis-a vis des Juifs,et l'autre partie de la population est indignee,offusquee mais rien ne sera mis en oeuvre pour dire aux responsables leur mecontentement;ce qui les a le plus irrite,c'est l'incendie des synagogues,les gens cultives ne brulent pas les lieux de culte.O indignation pour un pays a la culture si superieure. Ce livre se termine par une analyse des repercussions économiques du nazisme sur les différentes classes sociales. Ce livre contrairement aux autres ecrits par cet auteur n'est pas une critique mais une analyse claire et precise,sans extrapolation,sans commentaires desobligeants
Consulter sur Babelio

Date : 15/03/2019 - 17:36:08 Auteur : panurge (via Babelio)

Le travail présenté ici traite des classes sociales dans une région paysanne très catholique. On y découvre ce qui lie ces femmes et ses hommes au nazisme, ce que leur inspire la conduite des membres du Parti, ce qu'elles et ils sont prêts à défendre et leur attitude vis-à-vis de la Question Juive. Il y a au sein des milieux conservateurs (majoritairement présents au sein de la paysannerie et catégories professionnelles rattachées à la « bourgeoisie») beaucoup plus de points de convergence que de divergence. La classe ouvrière est beaucoup moins concernée car très étroitement surveillée pour des raisons idéologiques et pratiques. La « divergence conservatrice » réside dans le conflit Parti-Eglise. Le nazisme, idéologie fascisto-raciale paganiste, heurte dans leurs croyances chrétiennes une foultitude de bavaroises et bavarois. Là l'Etat nazi plie devant l'opposition populaire, d'ailleurs vraiment courageuse. La "Lutte du crucifix" enlevé ou maintenu dans les classes, l'exigence du maintien de l'enseignement confessionnel, le réflexe humaniste de protestation devant l'action « T4 » (liquidation physique des malades mentaux et des infirmes cérébraux) font reculer les "petits Hitler" bavarois. Cette opposition ne se révèle tolérée que parce que qu'elle ne compromet pas la "Weltanschuung" hitlérienne. Les convergences se font sur la lutte contre le Bolchevisme, la restitution à l'Allemagne du rang revendiqué, la Foi dans le Fuhrër, la haine de l'Etat démocratique constitutionnalo-parlementaire, le refus d'une certaine modernité (l'esprit Volkisch), le traitement de l'opposition politique par l'incarcération dans des camps de concentration (Dachau est construit en 1933 pour y emprisonner des Politiques), la liquidation par la violence non légale de l'opposition des SA à Hitler (La Nuit des Longs couteaux en juin 1934). Il y a donc globalement une vraie convergence entre le peuple allemand, ici bavarois, et l'Ordre Nouveau. La Question Juive, pilier porteur de l'idéologie national-socialiste, n'intéresse personne. Le Régime se rappellera de l'indignation, liée à la vision des dégâts et à une personnalisation des victimes lors de la "Nuit de Cristal", pour faire en sorte que, sur un terreau d'antisémitisme "modéré" (pas d'intégration des femmes et hommes allemands de confession juive dans la "Communauté Nationale mais pas de violences physiques dirigés contre eux) les juives et juifs bavarois, d'ailleurs peu nombreux, soient exclus, dépersonnalisés, déportés et effacés simplement du paysage sans que personne se sente touché.. Cette phase finale avant l'extermination survenant durant les années de guerre où le devoir de cohésion s'impose de lui-même, l'Affaire passe aux oubliettes. Le constat d'Ian Kershaw est d'autant plus inquiétant que le propos est nuancé fondé sur une analyse approfondie des faits et des statistiques, non influencé par des visions "extrêmes" allant du "tous militants fanatiques" à "pauvre peuple soumis à la peur et à la répression". Les Peuples même cultivés, voire "civilisés" ont décidément beaucoup de difficultés à assumer la part de Liberté (cet état si précieux) consubstantielle aux Démocraties Libérales Occidentales.
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 4 sur 5
  • Page suivante
  • Dernière page