contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 1
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

1/1
Illusions perdues
Auteur :
Balzac, Honoré de
Éditeur :
FLAMMARION
Date de publication :
1990
ISBN :
9782080701589
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Code à barres
JETTE - Biblio Jette JETTE L 11.857 0102001544399

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 01/07/2010 - 17:26:08 Auteur : vincentf (via Babelio)

Quel est donc le rapport que j'entretiens avec l'oeuvre d'Hugo, sans doute l'une de celles que j'ai le plus lu ? Fascination ? Agacement ? Indéniablement, je retrouve dans La Légende des siècles ce que j'attends de Victor Hugo, des images gigantesques qui entrent en collision avec des détails, qui deviennent alors eux-même gigantesques en bouffant le grandiose. Ceci, au milieu du jugement dernier : "Il semblait un réveil songeant près d'un chevet". Qui, il ? Dieu, rien moins que Dieu, mais passons, les renversements sont partout chez Hugo, le petit devient grand (et vice-versa, bien sûr), la lumière devient ombre, mais surtout le contraire, dans ce vingtième siècle dont on sait qu'il n'a pas grand chose de lumineux (et pourtant... peut-être). Le choc des contraires, chez Hugo, est si présent, qu'il en devient banal, que l'on n'est plus choqué de voir l'âne et Dieu mis au même niveau. Hugo rend le sublime chiant. C'est génial. C'est décevant. Il n'empêche que, tout à coup, le lecteur se trouve fasciné, pris dans le mouvement formidablement puissant de l'évocation hugolienne, comme au moment où il entre dans le château d'Eviradnus, par exemple. Et puis paf, c'est à nouveau de la poésie romantique, cet éloge de la Suisse qui sonne si faux qu'au détour d'un vers on s'attend ce qu'un vieux barbu gâteux se lève, mette la main sur le coeur, et chante, fier comme un colonel singinois, "armons-nous, armons-nous, enfants de l'Helvétie". Finalement (mais l'on n'est jamais à la fin, je relirai Victor Hugo), j'en ai marre de Victor Hugo. Je commence à trop bien le connaître. Et puis, Hugo, tout génial qu'il est, se prend au sérieux, est conscient de son propre génie et en use et abuse, contemple sa propre statue. Quand on lit Victor Hugo, on se sent écrasé, comme quand on écoute la musique de Beethoven. Vite, une pause, une petite chanson de Vincent Delerm, un petit poème de Jules Laforgue, fuyons l'Histoire, cette légende des siècles dont on sait aujourd'hui qu'elle mène (qu'aurait écrit Victor Hugo au vingtième siècle, au moment où les navires du ciel larguaient la bombe atomique sur Hiroshima ?) à une impasse. Plus jamais nous n'écrirons d'épopées, par même petites. Le monde n'aura plus de Victor Hugo, et il tournera plus paisiblement.
Consulter sur Babelio

Date : 06/02/2011 - 21:53:57 Auteur : gigi55 (via Babelio)

Hugo le gigantesque ! Je ne l'ai pas vu plus énorme et pharaonique que dans la légende des siècles. Et puis tout à coup il se penche sur le plus infime détail qui donne une épaisseur et une vie sans pareille à son écriture. Hugo en fait trop ! mais Hugo est génial ! Hugo est d'un autre siècle mais Hugo est indispensable !
Consulter sur Babelio

Date : 18/02/2011 - 17:05:34 Auteur : gigi55 (via Babelio)

Critique n° 2 : (quand on aime on ne compte pas !) Si on classait les écrivains comme les cols du Tour de France (ce qui ne serait pas une bonne idée d'ailleurs) , Hugo serait hors catégorie, tant il nous entraine en haute altitude, et tout ceci de manière assez naturelle, presque sans effort. Dans cette suite de poèmes épiques on rencontre de multiples personnages historiques - réels ou inventés, (j'avoue que j'ai du mal à distinguer) avec leur grandeur et leur décadence, le tout sur le fond d'une nature grandiose elle -même pénétrée par un dieu omniprésent et invisible. Avec Hugo on décolle ! Alors bien sur on peut dire qu'il en rajoute parfois, mais on lui pardonne !
Consulter sur Babelio

Date : 27/05/2011 - 04:36:56 Auteur : zohar (via Babelio)

« Ne gâtons-nous pas les choses en les exprimant ? » (Virginia Woolf). Alors je dirai simplement ceci : « Booz endormi », « Après la bataille » ou encore « La Conscience » sont là, autant de poèmes qui constituent ce monstrueux et sublime recueil, de Victor Hugo. « La Légende des siècles » est une oeuvre prométhéenne : le poète y aborde une poésie épique (« C'est l 'épopée humaine, âpre, immense, écroulée ») en élaborant le projet d'une vaste fresque décrivant toute l'histoire de l'humanité partant de l'origine du mal, de Satan, pour rejoindre Dieu. C'est une oeuvre emblématique qui cherche à témoigner l'histoire du genre humain, de son cheminement de l'obscur vers la clarté : « chaque homme dans sa nuit s'en va vers sa lumière ». C'est une oeuvre dont les murs des siècles sont entourés d'éblouissements et de fascinations. C'est une oeuvre titanesque emplie à la fois d'immensité et de chaos.
Consulter sur Babelio

Date : 16/12/2011 - 09:07:10 Auteur : Bibliolibra (via Babelio)

Victor Hugo déploie ici des talents impétueux et bouillonnants qui lui sont propres. A travers le masque du poète, Victor Hugo requiert de multiples facettes: magicien des rêves, illusionniste, conteur... Il nous fait voyager d'une façon que lui seul est capable de faire de part les monts et les merveilles des siècles. Puissant est l'adjectif qui correspondrait parfaitement à cette oeuvre laquelle m'a happée avec force et exaltation, comme si j'étais tombée par mégarde dans une spirale sans fin remplie d'image des siècles passés. C'est bouche-bée et la tête dans les nuages que le lecteur, même le plus aguerri, atterri de cette oeuvre magnifique et digne de Victor Hugo l'un des plus grands auteurs de son siècle....
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 1
  • Page suivante
  • Dernière page