contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 4
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

1/4
Le lys dans la vallée
Auteur :
Balzac, Honoré de 1799-1850
Éditeur :
Booking international
Date de publication :
1996
Collection :
Maxi-poche
ISBN :
9782877141703
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Qté Réservable Code à barres
ETALLE - Bibliothèque Communale d'Etalle ETALLE 8-3rs*BAL*L 1 oui ETA17811
HABAY-LA-NEUVE - Bibliothèque publique d'Habay-La-Neuve asbl HABAY-LA-NEUVE 82-31BAL26 1L 1 oui MA183

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 12/09/2007 - 19:54:59 Auteur : chartel (via Babelio)

Je dois dire que ce roman fut assez pénible à lire. Balzac use et abuse de métaphores et comparaisons pour s'approcher du poème lyrique, il réalise ainsi une ode au sentiment amoureux, le vrai, le pur, celui que personne n'a jamais connu et ne connaîtra jamais. Si la lecture fut indigeste, laissant une impression surannée, l'oeuvre est remarquable de part le génie de l'auteur dans le maniement de la langue française et ce témoignage remarquable d'un amour idéalisé.
Consulter sur Babelio

Date : 12/09/2010 - 13:19:42 Auteur : xaviegilbert (via Babelio)

Tout simplement un des plus grands romans de la littérature "universelle". Et comme toujours en art : les textes le plus connus le sont le moins, en fait. "Le Lys dans la vallée" n'est pas un roman à l'eau de rose sur les sentiments, et non plus sur "l'amour pur". Quant à ceux qui trouveraient le style pompeux ou les phrases trop longues, un peu d'effort, tout ne peut pas être aussi simple que ce qui se publie aujourd'hui.
Consulter sur Babelio

Date : 01/05/2011 - 22:14:33 Auteur : melusine1701 (via Babelio)

Félix de Vandenesse écrit une longue lettre à sa fiancée, Natalie de Manerville, qui lui demande de lui raconter son passé. Il relate alors une enfance terne, voire malheureuse, auprès de parents qui le dédaignenet et de frères et soeurs qui ne le connaissent pas. Lors d'une soirée, ce jeune homme encore infantile et chétif rencontre une femme qui éveille chez lui une brusque passion. Il apprendra qu'il s'agit de la comtesse Henriette de Morsauf, mère de deux enfants auxquels elle est toute entière consacrée, mariée à un comte lunatique et violent. Véritable modèle de pureté, elle devient le lys qui illumine la vallée où se trouve sa maison et la vie de Félix, qui devient son confident le plus proche. J'ai beaucoup apprécié cette lecture. D'acord, on y retrouve les interminables descriptions de Balzac, mais ici, elles sont teintées d'une poésie qui leur ôte toute leur lourdeur. En effet, à l'innocence de l'adolescence qui s'éveille à la passion et à la sensualité se mêle la pureté et l'idéal d'une femme qui apparaît en véritable madone, et le texte balzacien porte à merveille ces envolées lyriques qui font ressentir la prose plus qu'ils ne la donnent à lire. Félix est un personnage attachant, complexe et en pertpétuelle évolution: pathétique en enfant malheureux, touchant en adolescent amoureux qui vénère une femme qui remplit à la fois les rôles d'amante, de mère et de déesse, délicieusement révoltant en homme qui se rabat sur une femme facile lorsque son amour de refuse à lui. Henriette de Morsauf porte son lot de larmes, elle qui subit les crises de colère de son mari par total dévouement pour ses enfants eux-mêmes maladifs, mais qui guide habilement Félix sur le chemin de la réussite dans le monde et qui fait de lui un homme, dans tous les sens du terme (sauf celui qu'il voudrait, bien évidemment). Ce récit d'un amour total et qui pourtant n'arrive pas à se réaliser m'a beaucoup touché, tout particulièrement pour le personnage d'Henriette. Et je garde un souvenir tout particulièrement ému des descriptions des bouquets de fleurs et de leur langage qui ne trompe personne.
Consulter sur Babelio

Date : 07/10/2011 - 18:20:42 Auteur : Aline1102 (via Babelio)

Félix de Vandenesse, jeune homme malheureux et rejeté par ses parents, rencontre, lors d'une soirée, une femme plus âgée que lui, dont il tombe éperdument amoureux. Ce sentiment a des effets néfastes sur ses nerfs, déjà mis à rude épreuve par un séjour dans la demeure de ses parents et Félix se sent fébrile. Sa mère décide alors de l'envoyer à la campagne, pour que le changement d'air le soulage. Félix arrive donc chez Monsieur de Chessel qui, par le plus grand des hasards, s'avère être le voisin de Monsieur et Madame de Mortsauf. Cette dernière est en effet "le Lys" de Félix de Vandenesse, cette femme qu'il a rencontré et qu'il aime à en perdre la tête. Quelle poésie dans la langue des auteurs romantiques! Pour vous en donner tout de suite un exemple, voici le genre de phrase que l'on peut rencontrer dans ce roman de Balzac: "Les souvenirs des cruelles méditations, des angoisses que m'imposa la parcimonie de ma mère, m'ont inspiré pour les jeunes gens la sainte indulgence de ceux qui, sans avoir failli, sont arrivés sur le bord de l'abîme, comme pour en mesurer la profondeur." Les métaphores et euphémismes utilisés pas Balzac pour décrire le sentiment amoureux font du Lys dans la vallée un chef-d'oeuvre de douceur et de luminosité. Car, malgré les malheurs traversés par les personnages principaux, c'est une grande impression de paix et de sérénité qui se dégage de nombreux passages du roman, au cours desquels Félix nous parle de sa bien-aimée Madame de Mortsauf, qu'il appelle Henriette. Peut-être le lyrisme de Balzac et l'élégance de son récit sont-ils influencés par son histoire personnelle? Car l'intrigue de ce Lys dans la vallée est très autobiographique. Alors qu'il avait 24 ans, Balzac est tombé amoureux de Madame Laure de Berny, voisine de ses parents. Et Madame de Berny avait quinze ans de plus que Balzac. Cela ne les a pas empêchés de s'aimer pendant plus de dix ans. Il paraît donc presque normal que l'auteur se soit surpassé dans ce récit rendant hommage à son amour perdu et à une époque où il était encore possible de mourir d'amour. Une autre façon de décrire les choses, typique elle aussi de ce XIXe siècle, m'a fait passer de bons moments: Monsieur de Mortsauf est atteint d'une maladie mentale, suite aux événements qu'il a vécus pendant la guerre et qui l'ont marqués à vie. Ce brave homme est donc très proche de ce que l'on qualifierait de nos jours de personnalité bipolaire ou hystérique. Et la manière dont Balzac décrit les "crises" de Monsieur de Mortsauf est particulièrement délicieuse: l'auteur en rajoute une couche, puis deux et pourquoi pas trois. L'insistance avec laquelle la maladie de ce pauvre Mortsauf est décrite en devient presque exagérée, on finit par avoir du mal à y croire. Et cette manière d'insister sur les tares héréditaires des personnages, sur leurs faiblesses mentales ou physiques, m'a toujours semblé divertissante (dans un autre genre, j'ai aussi apprécié, dans Dracula, la façon dont les personnages masculins s'évanouissent ou s'écroulent dans un divan pour pleurer. Ça me rappelle Monsieur de Mortsauf et ses accès de rage et de méchanceté). Dans la première partie du roman, quand Monsieur de Mortsauf ne fait pas des siennes, nos deux héros, Félix et Henriette, passent plutôt de bons moments. Les malheurs de Félix semblent donc bien terminés: s'il souffre parfois par amour, il parvient à se détacher des mauvais souvenirs de son enfance. D'ailleurs, au cours de la seconde partie du roman, le jeune homme évolue énormément et commence à se faire une place dans le monde et dans les salons les plus importants de la capitale. Mais tout cela se fait grâce au Lys, à la chère Henriette qui, patiemment, attend cette évolution de son jeune ami; c'est elle, en effet, qui veut qu'il devienne un personnage important. Mais, malgré cette vertu du personnage d'Henriette, qui affirme considérer Félix comme son troisième enfant, et lui vouloir le bien qu'elle voudrait pour la chair de sa chair, on ressent une certaine ambiguïté dans sa relation avec notre héros. Elle se confie beaucoup à lui et semble cacher des sentiments plus profonds qu'elle ressentirait pour lui. Toujours dans cette seconde partie, Monsieur de Mortsauf semble de plus en plus atteint. Ses crises atteignent des sommets de violence verbale et son épouse en souffre, puisque, bien souvent, c'est à elle qu'il s'en prend. Car Madame de Mortsauf est une femme "moderne": certaine de l'incapacité de son mari à gérer le domaine qu'ils possèdent, elle se lance elle-même dans des travaux de transformation et de modernisation. Et quand ceux-ci ne se passent pas comme prévu, la colère de son mari se déchaîne! La troisième partie est la partie la plus douloureuse pour nos deux amoureux. L'envol de Félix ne se passe pas sans mal pour Henriette: le jeune homme commence à attirer les attentions d'autres femmes. Le Lys, malade, va se faner, irrémédiablement et la sollicitude d'un Félix et d'un Monsieur de Mortsauf tous deux repentants ne pourra pas le sauver. Cette partie du roman est aussi typique du romantisme, époque durant laquelle amour rimait souvent avec souffrance. Mais malgré son déroulement discret et sa fin tragique, ou peut-être à cause d'eux, Le Lys dans la vallée reste une merveilleuse histoire d'amour et de passion, entre deux êtres qui, malgré leurs différences, sont devenus tout l'un pour l'autre.
Consulter sur Babelio

Date : 09/04/2012 - 15:57:26 Auteur : araucaria (via Babelio)

Un classique qui m'a semblé terriblement défraîchi, démodé. Je me suis ennuyée en le lisant.
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 4
  • Page suivante
  • Dernière page