contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 5 sur 5
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

5/5
La peau de chagrin. Nouv. Âed
Auteur :
Balzac, HonorÂe de 1799-1850
Silvestre de Sacy, Samuel
Pieyre de Mandiargues, AndrÂe
Sujet :
LittÂerature franÐcaise : 19e siÁecle
LittÂerature classique
Langue :
français
Éditeur :
Folio
Date de publication :
2011
Collection :
Folio Classique 555
ISBN :
9782070338283
Type de document :
Livres

Faire venir cette édition Faire venir cette édition

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Code à barres
NAMUR - Bibliothèque provinciale de Namur NAMUR 8-3 8104000201038

RaphaÈel de Valentin reÐcoit d'un vieil antiquaire une peau d'onagre capable d'exaucer des souhaits. Mais Áa chaque souhait rÂealisÂe, la peau rÂetrÂecit autant que la vie du jeune aristocrate. Un univers Âetrange qui illustre l'une des thÂeories philosophiques de Balzac : l'Âenergie vitale.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 14/12/2007 - 23:21:34 Auteur : Woland (via Babelio)

"La Peau de Chagrin" se fondant sur une intrigue fantastique, je croyais pouvoir y retrouver le Balzac que j'avais aimé dans "La Rabouilleuse." Mais non : ce n'est pas encore pour cette fois ! L'action se répartit en trois parties. Dans la première, un jeune inconnu sort d'une salle de jeux parisienne où il vient de perdre son dernier louis et se dirige vers les quais où il croise bien des misères. Désireux de se suicider, il entend cependant le faire discrètement, quand la nuit sera tombée. Désoeuvré, il entre dans un magasin d'antiquités où un vieillard qui semble surgir de nulle part lui propose un bien curieux talisman, une peau de chagrin raide et durcie sur laquelle, en un triangle inversé, est contenue une inscription promettant la réalisation de tous ses voeux à celui qui acceptera que, lors de l'ultime rétrécissement de la peau, la Mort vienne aussi le prendre. Sans qu'aucune opération strictement financière ne soit intervenue, le jeune homme se retrouve dehors, avec la peau de chagrin, brusquement et inexplicablement devenue aussi souple qu'un chiffon, au fond de sa poche. Sur le trottoir passent justement trois de ses amis, qui le cherchaient pour le conduire au souper donné par le banquier Taillefer en l'honneur d'un investissement qu'il vient de faire dans un journal. On apprend alors que le jeune inconnu s'appelle Raphaël de Valentin. Chez Taillefer, le souper sombre très vite dans l'alcool et l'orgie. Balzac restitue des dialogues d'hommes complètement ivres et gagnés par une incohérence absolue. Raphaël et l'un de ses amis, Emile, discutent avec deux prostituées, Aquilina et Euphrasia et c'est pour l'auteur l'occasion d'exposer ses propres idées - au demeurant très justes - sur la place laissée aux femmes par la société de 1830. Puis, Emile demande à Raphaël de leur expliquer pourquoi il voulait se suicider. Commence alors une seconde partie consacrée à l'enfance et à l'adolescence de Raphaël, partagée entre une mère adorée mais morte trop tôt et un père distant, froid et qui rêve de revivre sa propre vie en imposant un destin d'homme politique au jeune homme. Mais le père décède, les créanciers mangent l'héritage et Raphaël se retrouve à Paris où il tombe amoureux de Pauline, la fille de sa logeuse. Il fait aussi la connaissance d'Eugène de Rastignac, jeune fêtard qui lui présente la comtesse Féodora, très mystérieuse beauté dont Raphaël devient aussi complètement fou. Hélas ! Sa passion n'est récompensée que par une froideur quasi polaire qui le plonge au désespoir et l'incite à accumuler dettes et folies. Le récit se termine sur le souhait, formulé in petto par Raphaël, de se voir une grosse fortune. De fait, le lendemain, il hérite d'un oncle. Mais quand il sort la peau de chagrin pour la regarder, celle-ci a rétréci. La troisème partie découvre le jeune homme pour ainsi dire terré dans le luxueux hôtel particulier qu'il vient de s'acheter et où il tente de se faire oublier par le Destin. Mais quand Parroquet, son ancien professeur, vient lui demander de l'aider à trouver un nouvel emploi, Raphaël, sans réfléchir, forme un nouveau voeu et la peau de chagrin en rétrécit d'autant. Le même soir, aux Italiens, il rencontre Pauline. Les deux jeunes gens tombent dans les bras l'un de l'autre et, avec une exaltation typiquement balzacienne, s'assurent mutuellement de leur volonté de se marier. La peau de chagrin ... etc ... Fou de détresse, Valentin la jette dans un puits. Mais les domestiques l'y récupèrent. Le jeune homme, en désespoir de cause, s'adresse même aux scientifiques de l'époque pour tenter d'enrayer le rétrécissement de la peau diabolique. En vain, bien sûr. Il décide de tout dire à Pauline et la jeune fille, comprenant que le désir de Valentin envers elle risque fort de le tuer, songe à se suicider. Mais Raphaël la poursuit, l'empêche de se suicider et meurt enfin à ses côtés. Beaucoup de descriptions - celles du magasin d'antiquités par exemple - sont vraiment superbes : on ne les lit pas, on est dans le magasin, aux côtés de Balzac et de son héros. En revanche, le style ... Le style est feuilletonnesque ; à certains moments, on croit lire du Ponson du Terrail. Grandiloquence, élans "sublimes", romantisme véritablement échevelé, tout y est. Sans oublier certains dialogues où - comme dans les feuilletons de l'époque et pour des raisons financières évidentes - il n'y a qu'un seul mot par ligne (mais un mot égalait une ligne ... ;o)) Quant aux personnages ... Eh ! bien, ils sont un peu trop romanesques pour mon goût, je l'admets. Cependant, chez Balzac, en ce qui me concerne, c'est toujours sur le style que je bute avant tout. Les ridicules que j'y vois me font oublier la puissance et la beauté des idées qui s'y pressent. Je dois faire un effort pour continuer à les percevoir. Bref, c'est épuisant. Mais ce qui me fait le plus enrager, c'est que je sais qu'il existe au moins un roman de Balzac où il n'a pas usé de tous ces procédés très XIXème. Or, s'il y en a un, on peut penser qu'il y en a peut-être un second, un troisième ... etc ... Quand les rencontrerai-je ? ... ;o)
Consulter sur Babelio

Date : 07/01/2008 - 17:46:30 Auteur : Gaston (via Babelio)

En ouverture, Balzac révèle un bonhomme mystérieux, blasé. Le genre qui n'a rien à perdre. Ratant même son suicide, il s'achète une peau de chagrin... Les scènes hallucinantes se suivent dans ce livre qui se dévore: antiquaire aux objets bizarres, partie fine avec les copains, récit riche en action et en sentiments de la vie de Raphaël... De bout en bout, et malgré une attaque in medias res peu habituelle chez l'auteur, le souffle d'Honoré de Balzac est présent. Et il décoiffe! Une oeuvre géniale, à lire en priorité, et à méditer peut-être... Daniel Fattore
Consulter sur Babelio

Date : 17/02/2010 - 15:13:15 Auteur : LiliGalipette (via Babelio)

Roman d'Honoré de Balzac. Le récit s'ouvre sur la ruine de Raphaël de Valentin. Son dernier sou sacrifié sur une table de jeu, désargenté et solitaire, il songe à mourir, à se jeter tête première dans les eaux froides et sombres de la Seine. Il doit sa survie à un magasin de curiosités dans lequel il acquiert un antique talisman, une peau d'âne légendaire, qui est censée exaucer le moindre de ses souhaits. L'objet magique en poche, il rencontre des amis et se livre à une soirée de débauche. À son ami Émile, il raconte ses trois années de réclusion, consacrées à l'étude et à l'écriture de La Théorie de la Volonté, son chef-d'oeuvre. Il raconte aussi son amour malheureux et non payé de retour pour la froide et insensible comtesse Foedera, à laquelle il sacrifie ses maigres économies et sa santé. Désespéré par cette passion vaine, empli de haine pour cette coquette inaccessible, au terme de cette nuit décadente et vidé par sa confession, il décide de brûler son existence en caprices et excès. La vie de Valentin ne tient désormais qu'à un fil. Chaque souhait exprimé réduit l'existence du jeune homme de quelques jours, de quelques mois ou de quelques années, à mesure que la peau de chagrin rétrécit. Terrifié par le pouvoir du talisman, il tente de vivre en reclus, de se soustraire au monde pour ne plus se laisser tenter par ses attraits. Son amour pour Pauline, la fille de son ancienne logeuse devenue riche, semble lui rendre goût à l'existence, mais la peau de chagrin continue de diminuer, et avec elle les jours de Raphaël. La première partie du livre, où Raphaël raconte ses misérables années dans sa mansarde puis sa passion fatale pour Foedera, est insupportablement longue. La confession n'en finit pas, et on s'impatiente de découvrir le pouvoir de la peau de chagrin, de voir s'exercer son emprise sur la vie du héros. Mais quand, enfin, il se décide à l'utiliser, il conçoit rapidement le danger qu'elle représente et il n'a de cesse de vouloir le contrer. Ce qui donne un texte frustrant, qui ménage une trop grande attente pour une trop courte satisfaction. "Vouloir nous brûle et Pouvoir nous détruit." (p. 58), voici les sages paroles du vieux marchand, aux allures de sorcier ou de gourou oriental. Le vieux bonhomme enjoint donc à pratiquer l'ataraxie, ce qui est assez illusoire dans un siècle de décadence comme celui où vit Raphaël. J'ai lu avec ironie la description de sa vie studieuse, dans la misérable chambre d'une miteuse pension de famille. Le jeune homme se contente de quelques biscuits, de bol de lait et de la contemplation des astres éternels. Pas étonnant qu'il se lance à coeur perdu dans son amour pour Foedera, et plus tard dans une vie au train fastueux. Et n'est-il pas insupportable cet homme attiré uniquement par les femmes entourée de luxe? La jeune et jolie Pauline lui tend les bras depuis le début, et il s'acharne à ne voir en elle qu'une soeur. Il faut qu'elle soit devenue une riche héritière, vêtue de baptiste, les cheveux ornés de fleurs, pour qu'il lui trouve du charme. L'amour dans la pauvreté lui est inconcevable. Dans l'ensemble, ce roman m'a agacée. Raphaël est un pleurnicheur insupportable, incapable de savoir ce qu'il veut, et encore plus incapable d'accepter l'échec. L'attrait mystique du roman, la peau de chagrin et ses légendaires pouvoirs, sont réduits à l'état de curiosités. Flirtant avec le fantastique macabre, le texte manque de force et semble plus bouffon que terrifiant.
Consulter sur Babelio

Date : 05/03/2010 - 18:41:41 Auteur : benjamin122 (via Babelio)

Je ne sais pas ce qui m'a pris de choisir ce grand classique du 19ème siècle sur l'étagère d'une librairie le mois dernier. Je me souviens l'avoir lu dans mon adolescence. Il faisait partie du programme scolaire de mon lycée. Toutefois à cette époque, je dois avouer que mon intérêt pour ce type de littérature était très limité (voire inexistant), et que je l'ai donc certainement lu très "en diagonale", avec pour seul objectif de pouvoir répondre aux questions de l'interrogation écrite qui suivait probablement en classe. Qui sait, peut-être ai-je enfin estimé (inconsciemment) qu'il était temps d'accorder à cette oeuvre l'attention qu'elle mérite? En quelques mots, elle raconte l'histoire d'un jeune homme...
Consulter sur Babelio

Date : 03/04/2010 - 03:54:42 Auteur : Nodamin (via Babelio)

chapitre 1 « le talisman » C'est long. On s'éternise sur des scènes chargées de dialogues emphatiques, dont le niveau d'érudition pour en saisir tout le sens est très loin du mien. Ce niveau de langage m'écrase et je me sens ignare devant ce flot d'éléments qui m'échappent. Bilan, mon esprit s'égare souvent, au risque de rater des passages clés de l'histoire… Passages noyés sous ces pesants étalages, parfois pédants ou moralisateurs, où l'auteur par ses personnages qui discourent de manière si savante mais si peu naturelle, déverse à la louche l'étendue de ses connaissances sur le pauvre lecteur étouffé. A trop vouloir en faire, il s'y perd d'ailleurs parfois lui-même comme le démontrent certaines notes. Le système de note en bas de page est du reste le bienvenu, pour tenter d'éclairer le bête lecteur béotien. Mais sa fréquence et sa quantité, en font, malgré sa nécessité, une digression de plus dont on se serait bien passé si le texte avait été directement plus accessible. Je concède tout de même que la question du contexte doit aussi beaucoup jouer, le lecteur de l'époque ayant plus de repères que celui d'aujourd'hui. Il n'empêche que ce procédé d'écriture ampoulé et artificiel me déplait, voire pire, m'ennuie. J'apprécie cependant les quelques allusions à la musique et particulièrement l'opéra, notamment lors de la scène du diner, avec quelques parallèles bienvenus. Ceci-dit, ce n'est là qu'un petit tiers du roman. Et dans l'intrigue, j'ai l'impression que nous avons à peine dépassé le seuil de l'introduction. Alors même si le style me lasse, peut-être que l'histoire saura me captiver. Du nerf, allons lire la suite. C'est un cadeau, j'irai jusqu'au bout. Et puis, je ne peux qu'en être surprise en bien, à présent ! Enfin, le mot préfacé à la main par mon amoureux me motive plus que tout autre appât ! chapitre 2 « la femme sans coeur » Non mais j'exige la tête de l'auteur des annotations, raconter de manière aussi peu subtile des évènements aussi primordiaux à venir par la suite, sans préavis, où est l'intérêt ! Surtout celle sur le futur de Pauline et son incidence sur Raphaël tiens, ça m'a scié ça. Bref, j'ai bien fait de poursuivre, plutôt heureuse surprise que ce deuxième chapitre donc, je me suis sentie beaucoup plus impliquée dans l'histoire. J'ai trouvé la ligne plus agréable et captivante à suivre. Peut-être me suis-je faite au style ou vais-je à l'essentiel en ne cherchant pas forcément à décrypter tout ce que je ne saisis pas, peut-être aussi que pour faire avancer l'histoire l'auteur va un peu plus vite et s'attarde moins sur de longues descriptions et dialogues métaphysiques… Quoi qu'il en soit, je ne m'attendais pas à ce que ce deuxième tiers soit un flash-back intégral de la vie de Raphaël avant la première partie, par l'intermédiaire de son récit à Emile. Du coup, notre peau éponyme est toujours perdue de vue, mais ce développement détaillé des mésaventures passées du héros déroule une belle toile pour une utilisation future. Autre point, ce roman est centré sur l'argent, soit, son manque, son besoin, mais quand cela vire à l'obsession, ce retour quasi-systématique au sujet même (et surtout) à propos des passions du héros met mal à l'aise. Et parlons des deux femmes. Leur personnalité opposée est peut-être un peu trop poussé à l'extrême (même s'il en ressort un intéressant jeu de contrastes dans plusieurs de leurs façons de faire), mais le caractère de Foedora est passionnant. Celui de Pauline est un peu moins développé pour le moment, bien qu'elle semble plus classique dans le genre douce-fillette-adorable-et-dévouée. On sent qu'on veut faire d'elle un idéal féminin. Cela ne m'empêche pas de la trouver attachante, c'est depuis son apparition que la lectrice coeur d'artichaut que je suis ne veut plus que Raphaël meure. Avant, cela m'était bien égal à vrai dire, ne trouvant pas le personnage en lui-même des plus attrayants (encore moins depuis qu'il refuse de s'en éprendre parce qu'elle est pauvre ceci-dit, bref). chapitre 3 « l'agonie » Et c'est finalement touchée et émue que je repose ce livre à présent achevé. J'ai été absorbée par le lyrisme tragique de l'ultime scène, un final magnifiquement pathétique digne d'un opéra. Prévisibles pourtant, j'ai lu ces dernières pages la gorge nouée, les yeux peut-être même humides, tant les errements de Raphaël et le désespoir de Pauline faisaient peine à voir. Pauline…cette façon dont on la fait oublier durant de longs passages, pour que son retour aux côtés de son mari n'en soit que plus tragique, très réussi. Quant au héros, il n'arrive décidément pas à être attachant auprès de moi, mais Elle, y parvient à merveille. Certes elle a toujours ce côté "charmante-ingénue" agaçant, mais l'amour et le dévouement qu'elle porte à Raphaël me font fondre, et elle ne méritait pas de finir ainsi. Pourtant, ces quelques lignes d'épilogue à son sujet sont tellement extraordinaires, avec ce côté nébuleux augmentant la confusion et le drame… Toute cette troisième et dernière partie se déroule lorsque Raphaël est riche et marquis. Il a conscience que la peau est à l'origine de la réalisation de ses souhaits et que ceux-ci réduisent sa vie en proportion. Pour éviter d'échapper tout voeu indésirable, il vit reclus, se morfondant, malheureux, dans un état d'esprit au final pire que lorsqu'il était sans le sou : avant obnubilé par le besoin d'argent, maintenant par celui de continuer à vivre. Ce côté est de plus en plus obsessionnel, surtout après ses retrouvailles avec Pauline (rebondissement narratif "quelque peu" gâché par les dix ou quinze annotations préalables annonçant leur rencontre-union-fin tragique). Cette obsession croissante est bien montrée, avec sa manière de chercher par tous les moyens à allonger sa vie : tenter de faire étirer la peau, obtenir les meilleurs traitements de santé… Mais la fatalité vaincra cher monsieur, navrée. Bref, un livre dont ce n'est pas tant l'intrigue qui compte, mais la manière dont les protagonistes (et la peau, "personnage" le plus influant d'ailleurs) gravitent autours du personnage central, agissent sur son état d'esprit, et où le héros lui-même n'a rien de séduisant. Son histoire a beau être mélodramatique, on ne parvient pas vraiment à le plaindre, et serait même soulagé que sa vie s'achève si seulement Pauline n'avait pas été à ses côtés. Oui, le tragique des situations, aussi bien dans la deuxième que la troisième partie, se crée par la présence des femmes qui entourent ce bien malheureux héros. Conclusion, j'ai bien fait d'aller au-delà de ce premier chapitre à la lecture très pénible, voici un livre marquant au final, et par son final.
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 5 sur 5
  • Page suivante
  • Dernière page