contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 19 sur 1136
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

19/1136
Liberia : roman
Auteur :
Naigeon, Christophe
Type de document :
Livres

Faire venir cette oeuvre Faire venir cette oeuvre

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Qté Réservable Code à barres
LIEGE - Bibliothèques Chiroux LIEGE 840 NAIGEON 1 oui 2105000031008
GEMBLOUX - Bibliothèque publique André Hénin-André Sodemkamp GEMBLOUX GBX - 8-3 1 oui 50300200339005
CHARLEROI - Bibliothèque Arthur Rimbaud CHARLEROI 840-3 NAI 0705 l 1 oui 102A131896

1807. Westport, Massachussetts. Julius Washington est un jeune Noir, grouillot au New Bedford Mercury. Né libre en 1789 d’une ex-esclave éduquée et d’un marin africain de passage, il rêve de liberté, d’écriture et de navigation. Quand les États abolitionnistes du Nord autorisent ceux qui le veulent de retourner sur le continent d’où ils ont été arrachés pour y créer une colonie américaine, le garçon n’hésite pas une seconde et s’embarque pour un voyage qui durera 60 ans… Negroland est bien sûr construit autour de Julius et de ses aventures, mais aussi autour des personnages qu’il va rencontrer tout au long de sa vie : le capitaine Paul Cuffee, plus riche Noir d’Amérique, premier et généreux promoteur du «retour» ; Théodore Canot, le négrier français, cynique au grand cœur ; Augustus Vossa, autre capitaine noir, dandy anglais qui milite dans les antichambres de la royauté ; Sinoe Kruman, Africain qui trafique pour la cause de la Suprématie Noire en Amérique ; George Hartwell Cocke, planteur du Sud pour qui l’esclavage est un piège mortel pour les Blancs ; enfin, trois femmes – Liza sa mère, Diana son épouse et Ruth leur fille – complètent cette galerie de portraits qui remet en cause bien des idées reçues. Le retour des esclaves d’Amérique en Afrique, voilà le thème de Negroland, premier nom donné à la terre promise aux Noirs avant qu’elle ne s’incarne sous le nom de Liberia, « pays de la liberté ».

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 15/06/2017 - 17:06:02 Auteur : NATB (via Babelio)

Je remercie Babelio et les Editions Tallandier pour l'envoi du livre "Liberia"roman historique et premier roman du journaliste Christophe Naigeon. Tout d'abord, j'aime la belle couverture de végétation luxuriante , quelle bonne idée d'avoir choisi cette peinture de Henri Rousseau : Forêt vierge au Soleil Noir ou Noir attaqué par un jaguar. Ensuite, merveilleuse idée de l'auteur : le signet avec logos à scanner pour accéder à l'ensemble de la documentation (photos, vidéos, liens vers les documents extérieurs,...) Autant vous dire que j'ai pris plaisir à lire ce livre qui est riche d'informations et agréable à lire. Christophe Naigeon a couvert la guerre civile du Liberia, là-bas quelqu'un lui a dit :" pour comprendre ce qui se passe ici, il faut remonter au XIXe siècle et aller en Amérique, d'où tout est parti." "Liberia" est le résultat de son travail, de ses recherches et de ses convictions. Nous suivons donc Julius Washington, un apprenti journaliste noir, fil conducteur du roman qui va embarquer en 1811 pour l'Afrique sur un navire du capitaine Paul Cuffee, riche armateur noir et quaker qui rêve du retour des noirs sur la terre de leurs ancêtres. L'idée sera reprise par l'American Colonization Society (créée par les planteurs du Sud) dans le but de se débarrasser des Nègres turbulents. L'ACS donnera le nom de Liberia à sa colonie de Cap Mesurado, quel espoir dans ce nom ! Le livre retrace les différentes expéditions, tractations avec les Rois des tribus africaines, les couacs,... Au fil de ses voyages et de ses chroniques, Julius va rencontrer un capitaine français négrier, un planteur sudiste humaniste, un aventurier africain, des femmes de caractère, cultivée, militante, trafiquante,des colons,... Le Liberia devient une nation indépendante, en 1847, avec un drapeau (comme celui des Etats-Unis avec une seule étoile), une monnaie(le dollar libérien), une capitale : Monrovia (en l'honneur du président américain Monroe) cependant il n'est reconnu que par la France, la Prusse et l'Angleterre. L'Amérique ne le reconnait ni comme une colonie américaine, ni comme un état souverain :"l'histoire du Liberia est celle d'une cruelle escroquerie raciale", un petit état africain où d'anciens esclaves affranchis sont devenus les nouveaux maîtres exploitant les autochtones, qu'ils ne reconnaissent pas comme leurs frères. Grâce à ce livre, j'ai découvert toute cette partie de l'histoire de l'esclavage avant la guerre de Sécession, ainsi que l'histoire du Liberia, pays d'Afrique occidentale que je ne connaissais que par ses pavillons de complaisance et ses enfants soldats. Un ouvrage passionnant que je vous invite à découvrir.
Consulter sur Babelio

Date : 15/06/2017 - 21:30:33 Auteur : Nanali (via Babelio)

Magnifique fresque sur la progressive abolition de l'esclavage. On suit le parcours exceptionnel de Julius Washington, Noir né libre en Nouvelle Angleterre, mais surtout journaliste, dessinateur, photographe. Il est le fils d'un marin africain qu'il n'a pas connu et d'une femme noire émancipée qui l'a élevé dans l'amour des livres. Sa rencontre avec Paul Cuffee change sa vie à jamais puisqu'il s'embarque avec lui dans sa première traversée transatlantique pour découvrir le continent africain. Paul Cuffee fait en effet partie de ceux qui voient en l'African return une perspective d'avenir pour les Noirs nés ou devenus libres ; il idéalise même ce retour aux sources. Ce projet de colonisation s'avère malheureusement loin d'être évident pour les colons qui ont bien des difficultés à se sentir chez eux en arrivant sur un continent dont ils ne connaissent rien. D'autres partisans de l'African return au contraire ne voient dans ce projet que la solution miracle à un problème qui se fait de plus en plus ingérable aux Etats-Unis au point d'aboutir finalement à la guerre de Sécession entre, d'un côté, les Etats du Nord qui se développent, s'industrialisent et se libéralisent et, de l'autre côté, les Etats du Sud conservateurs qui, en réponse à cette libéralisation, ne font que durcir leurs lois relatives à l'esclavage. Aux détours de ses traversées de l'Atlantique, Julius fera également la connaissance de Sinoe Kruman qui, quant à lui prône, la suprématie noire aux Etats-Unis et essaie d'y contribuer à sa manière. Bien d'autres personnalités passionnantes croiseront le chemin de Julius et contribueront à enrichir son expérience exceptionnelle et sa vie hors norme. Enfin, on assiste à la création du Liberia, première nation d'Afrique à avoir obtenu son indépendance en 1847, même s'il faut reconnaître que cela s'est malheureusement fait au détriment des autochtones qui s'en sont retrouvés exclus, la citoyenneté ne leur étant pas reconnue. Les colons semblent en effet avoir reproduit le schéma qu'ils n'ont que trop connu, plantant ainsi le germe d'une autre guerre civile …
Consulter sur Babelio

Date : 15/06/2017 - 22:32:10 Auteur : amandine_koko (via Babelio)

Liberia, c'est une histoire vraie et méconnue, celle de l'African Return. Une Histoire avec un grand H, scandaleusement absente des livres d'Histoire. Honnêtement, je n'avais jamais entendu parler de ces colons noirs venus, ou revenus, s'installer sur la côte Africaine au milieu du XIXe siècle. Et pourtant, quel incroyable chemin ils ont parcouru ! Liberia, c'est une fiction qui n'en est pas une, où les personnages historiques se confondent avec leurs versions romancées. Comme le Julius Washington du roman qui ressemble étrangement à l'Augustus du même nom, premier daguerréotypiste du Liberia, et bien réel lui. Ou encore comme la famille Hartwell Cocke qui - hormis le prénom du patriarche John devenu George - est tout aussi réelle que les présidents Jefferson et Madison, pour ne citer qu'eux. Liberia, c'est un roman captivant, extrêmement bien documenté, qui vous fait traverser l'océan à bord de majestueux voiliers, arpenter les côtes Américaines et Africaines, y côtoyer des peuples fiers composés d'individus, plus ou moins ambitieux, plus ou moins idéalistes. Et plus ou moins intègres aussi. Un roman qui vous transporte dans d'autres lieux et d'autres temps, curieusement semblables aux nôtres. Liberia, c'est une réflexion poussée, qui creuse objectivement la question de l'abolition et de l'augmentation de la population noire américaine qui en découle. Une réflexion qui va bien plus loin que "l'esclavage c'est pas bien" ou "la liberté c'est super" . Certes, je caricature un peu, mais c'est quand même souvent le trait directeur de ce type d'ouvrage. Les différents points de vue sont ici détaillés, argumentés. Qu'on soit d'accord ou non avec chacun des protagonistes, on comprend ses motivations, on ressent ses peurs et ses questionnements. Ça donne à réfléchir. Et ça donne aussi envie de se documenter plus encore sur le sujet. Liberia, c'est un témoignage fort et bienveillant. Une leçon historique et politique, à lire et à faire lire à tous. Surtout par les temps qui courent. PS : En revanche Monsieur Naigeon, en tant que fan inconditionnelle d'Autant en emporte le vent, je ne peux pas laisser passer une si grossière erreur en p. 264 : Non, fort heureusement, les yankees n'ont jamais incendié Tara !!!
Consulter sur Babelio

Date : 14/02/2018 - 10:21:34 Auteur : tomsoyer (via Babelio)

Un bon roman sur fond historique comme je les aime Dés le début nous sommes dans le vif du sujet(l esclavage) Il n'y a pas de violence c'est très bien écrit et facile à lirebien qu au début je me sois perdu avec les nombreux personnages Une grande fresque historique sur la naissance de l'état du Liberia
Consulter sur Babelio

Date : 15/04/2018 - 08:40:29 Auteur : saphoo (via Babelio)

Une fresque historique remarquable sur l'indépendance, la colonisation et la naissance d'un pays le Libéria. C'est un roman dense, riche, documenté, qui nous emporte dans un tourbillon incroyable. J'ai adoré le personnage Julius, j'ai adoré les voyages sur les voiliers à côté de ces capitaines au caractère bien trempé aux idées bien déterminées. Quel voyage, de l'Amérique à l'Afrique, en passant par l'Europe. J'ai notamment beaucoup appris sur la colonisation de l'Afrique par les affranchis d'Amérique, un retour aux sources. Et on comprend beaucoup mieux toute la grande Histoire en lisant ce roman sur ces peuples traitées comme de la marchandise, qui ont souffert durant plusieurs générations. Ce livre se démarque des traditionnels romans sur le sujet, ici, on ne fait pas part exclusivement des relations 'maître-esclave' mais plutôt la façon dont certains américains et européens ont mis le mouvement en route pour abolir l'esclavage, et donner un nouveau départ à ces africains arrachés à leur racine. Puis en poursuivant l'histoire de l'autre côté, sur le territoire d'origine, on peut comprendre que ce n'est pas si simple pour eux de revenir sur leur continent. Une grande connaissance du sujet, l'auteur nous a fourni une remarquable épopée doté d'une très jolie saga familiale. Un roman qu'il faut faire circuler, faire connaitre, quand je vois le peu de critiques sur Babelio j'en suis étonnée et quel dommage de se priver d'un livre aussi intéressant et si bien écrit.
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

Information non disponible.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 19 sur 1136
  • Page suivante
  • Dernière page