contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 19 sur 315
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

19/315
Les hommes protégés
Auteur :
Merle, Robert
Type de document :
Livres

Faire venir cette oeuvre Faire venir cette oeuvre

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Code à barres
BLEHARIES- Centre de Lecture publique de Brunehaut BLEHARIES 82-3 MER 3621

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 22/04/2010 - 10:48:35 Auteur : alicejo (via Babelio)

Terriblement efficace!
Consulter sur Babelio

Date : 19/07/2010 - 13:56:07 Auteur : lilino (via Babelio)

Des personnages et des situations parfois trop extrêmes mais globalement un bon moment. Que deviendrait le monde si les femmes prenaient le pouvoir (et les hommes venaient à disparaître)?
Consulter sur Babelio

Date : 27/04/2012 - 09:14:06 Auteur : gill (via Babelio)

Une épidémie d'encéphalite frappe soudain les hommes, ils sont alors remplacés dans leurs rôles sociaux par les femmes. Le Dr Martinelli qui recherche un vaccin est enfermé mais une fois le remède découvert, sera-t-il utilisé et Martinelli saura-t-il s'adapter à cette société où les hommes ne jouent plus qu'un rôle subalterne ? Robert Merle nous offre ici un excellent roman d'anticipation qui nous propose par sa lecture une réflexion sur la dualité de l'être humain et ses répercussions dans la société. Dans la lignée de "Malevil" et de "Madrapour".
Consulter sur Babelio

Date : 07/05/2012 - 18:15:23 Auteur : BVIALLET (via Babelio)

Une terrible maladie inconnue, l'encéphalite 16, frappe la plupart des hommes en âge de procréer en épargnant les femmes, les enfants et les vieillards. Comme l'Humanité ne dispose ni de vaccin ni de traitement, les hommes meurent par milliers. Les femmes les remplacent à tous les postes clés et prennent conscience de leur importance. Une présidente ultra-féministe, Sarah Bradford s'installe à la Maison Blanche et réorganise toute la société. Avec quelques savants triés sur le volet, le docteur Martinelli qui n'est pas loin de découvrir un vaccin contre la maladie, se retrouve enfermé à Blueville, une « zone protégée » qui permet aux chercheurs d'être à l'abri de l'épidémie mais les oblige à vivre dans un climat d'humiliation, d'angoisse et de brimades permanentes. Le féminisme de Bradford apparaît comme un machisme à l'envers et est loin de ne faire que des heureuses. Pour elle, l'homme n'est qu'un subalterne, une sorte de sous-humain ou de semi-esclave tout juste bon à être castré ou à donner son sperme pour les banques de reproduction artificielle. Une terrible maladie inconnue, l'encéphalite 16, frappe la plupart des hommes en âge de procréer en épargnant les femmes, les enfants et les vieillards. Comme l'Humanité ne dispose ni de vaccin ni de traitement, les hommes meurent par milliers. Les femmes les remplacent à tous les postes clés et prennent conscience de leur importance. Une présidente ultra-féministe, Sarah Bradford s'installe à la Maison Blanche et réorganise toute la société. Avec quelques savants triés sur le volet, le docteur Martinelli qui n'est pas loin de découvrir un vaccin contre la maladie, se retrouve enfermé à Blueville, une « zone protégée » qui permet aux chercheurs d'être à l'abri de l'épidémie mais les oblige à vivre dans un climat d'humiliation, d'angoisse et de brimades permanentes. Le féminisme de Bradford apparaît comme un machisme à l'envers et est loin de ne faire que des heureuses. Pour elle, l'homme n'est qu'un subalterne, une sorte de sous-humain ou de semi-esclave tout juste bon à être castré ou à donner son sperme pour les banques de reproduction artificielle.
Consulter sur Babelio

Date : 17/06/2012 - 21:13:32 Auteur : Colombe4 (via Babelio)

Livre lu il y a quelques années mais qui m'avait fait une forte impression. Une maladie inconnue qui décime les hommes les uns après les autres et les femmes qui prennent le pouvoir...Ce roman nous rappelle à quel point il est dangereux de donner le pouvoir entier à un seul sexe. Le patriarcat est aliénant mais le matriarcat l'est tout autant. Comment pourrait-on se passer d'une moitié de l'humanité sans s'amputer d'une part inaliénable de nous-même ?
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

Information non disponible.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 19 sur 315
  • Page suivante
  • Dernière page