contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > Recherche > Notice complète

  • Recherche simple
  • Recherche avancée
  • Modifier la recherche
  • Panier
  • ImprimerVersion écran
  • Historique
  • Demande de PIB
  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 15 sur 141
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

15/141
Maigret s'amuse
Auteur :
Simenon, Georges
Type de document :
Livres

Faire venir cette oeuvre Faire venir cette oeuvre

Localiser une bibliothèque
Bibliothèque Commune Cote Code à barres
TOURNAI -Bibliothèque de la Ville de Tournai TOURNAI 8 SIM KA 83828

Il n'y a pas de résumé pour cette notice.

Vous devez créer un compte pour ajouter des commentaires.
Date : 27/02/2013 - 10:40:58 Auteur : veronic68 (via Babelio)

De retours vers mes anciennes lectures. Cela faisait très longtemps que je n'avais pas lu un Maigret. j'ai retrouvé le personnage avec plaisir; Ce n'est pas le meilleur des Maigret, mais j'aime retrouvé la vie parisienne sous la plume de Simenon
Consulter sur Babelio

Date : 17/03/2015 - 19:38:24 Auteur : Woland (via Babelio)

Pour quiconque suit ce fil depuis sa création, pour quiconque connaît aussi son Maigret par coeur, une chose est sûre : le commissaire ne peut s'amuser qu'en résolvant une affaire criminelle . Seulement, ici, c'est un peu différent puisqu'il va la résoudre du point de vue, oserai-je, dire du "lecteur de journaux lambda." Pour Simenon, le pari est en effet le suivant : suite à quelques ennuis de santé et surtout à une intense fatigue, provoqués par sa manie de remettre ad vitam aeternam les vacances qui lui sont dues, Maigret obéit pour une fois à son ami, le Dr Pardon (et à Louise Maigret), en acceptant de partir se reposer. Manque de pot : les Maigret s'y prennent si tard dans la saison que tout, absolument tout, y compris aux Sables-d'Olonne, dont ils rêvaient avec une certaine nostalgie, tout est loué, gorgé d'estivants plus prévoyants et qui ont pris d'assaut tous les hôtels valables, et même les autres, depuis le début de l'été. Plus rien ne sera libre avant le 15 août, si ce n'est après. Les Maigret se rabattent donc sur Paris comme lieu de vacances, une capitale qui, il est vrai et même de nos jours, est relativement vivable au mois d'août. On y respire un peu mieux, il y a bien les touristes mais les Parisiens, eux, ont transhumé, on se sent donc moins à l'étroit même si le Métro sent toujours aussi mauvais, voire plus si la canicule est au rendez-vous. Pendant les trois premiers jours, tout se passe bien. Officiellement, Maigret et sa femme sont aux Sables-d'Olonne et, pour plus de sûreté, ils se sont mis aux abonnés absents - le détail est important, vous le verrez si vous lisez l'ouvrage. On paresse donc un peu au lit, on déjeune, Mme Maigret fait son ménage pendant que son mari descend chercher les journaux et s'installe, pour les lire, à la terrasse d'un bistrot, on déjeune à la maison à midi et, l'après-midi, après une petite sieste, parfois sans, on part visiter un Paris que Simenon restitue toujours de cette façon magistrale que lui inspirait l'amour qu'il portait à la ville et qui, aujourd'hui, nous rend si mélancoliques ... Et puis, le quatrième jour, alors qu'il lit son journal, Maigret déchiffre à la une l'un de ces meurtres qui ont en général l'habitude de faire parler d'eux : le cadavre, entièrement nu, de l'épouse d'un célèbre médecin mondain a été retrouvé, plié en deux, dans un placard du cabinet médical. Le problème, c'est que la dame, outre le fait qu'elle n'aurait pas dû se montrer ainsi en tenue d'Eve dans cette partie du vaste appartement et celui, bien entendu, qu'elle n'avait rien à faire dans un placard à balais, était censée profiter (elle aussi) de ses vacances en famille, à Cannes. D'abord titillé par une curiosité bien compréhensible, puis soucieux quand il apprend que le juge Coméliau est en charge de l'affaire alors que c'est la première fois que Janvier, qui remplace Maigret, se voit pratiquement tout seul face à une affaire des plus délicates, Maigret dévalise deux fois par jour les kiosques, passe quelques coups de fil à son ami Pardon et, ne voulant pas gêner Janvier et encore moins que celui-ci le suspecte de jalousie dans l'affaire, se décide à user de l'arme fatale de ceux qui, en-dehors des maniaques qui, en pareilles occasions, sautent sur leur écritoire pour assiéger anonymement de leur "aide" et surtout de leurs ragots et de leurs délires personnels policiers et journalistes, sont bel et bien au courant d'un détail important et tiennent à le faire connaître à qui de droit sans que leur nom soit cité. Oui, notre commissaire divisionnaire préféré et favori s'adonne, en ce volume, au plaisir, contesté et contestable, de la Lettre Anonyme. Mais c'est pour la bonne cause, afin surtout d'orienter Janvier vers certaines directions et d'empêcher Coméliau de provoquer une arrestation qui nuirait à un innocent et laisserait en paix le coupable. Que ne ferait, nous le savons, ce cher juge Coméliau "pour avoir des résultats" ? Wink Avec son ancienneté, sa fausse placidité et son entêtement personnel à le contrarier systématiquement, Maigret peut passer outre les exigences du juge : pas Janvier. En compagnie de sa femme et arpentant Paris en s'attablant ici et là, non seulement pour lire mais pour passer un ou deux coups de fil judicieux, Maigret passe donc "de l'autre côté", celui du lecteur impatient de suivre dans son journal ce feuilleton réel et palpitant qu'est toute histoire criminelle de cette envergure. Il y prend très vite goût, d'où le titre du roman. Ce n'est guère qu'à la fin qu'il se refait un peu bougon, quand il redoute que Coméliau l'emporte. Crainte inutile : Janvier arrête le coupable et ses complices au bout d'un long, long interrogatoire avec les bières et les sandwiches habituels. Et la fin du roman nous révèle que, pas un instant, il n'aura été dupe de l'identité de auteur des lettres "anonymes." Un roman frais et vif, dans lequel le lecteur s'immerge très vite et où, en dépit du tragique assassinat, il s'amuse lui aussi avec le commissaire. L'une des plus parfaites réussites de Simenon qui, ici, n'insiste pas de manière trop vive là où ça fait mal, c'est-à-dire la noirceurs des circonstances qui conduisent à l'assassinat. A lire, sans aucun doute. ;o)
Consulter sur Babelio

Date : 07/01/2016 - 08:38:41 Auteur : kathel (via Babelio)

J'ai eu plaisir à retrouver le style de Simenon, que j'avais oublié, à retrouver le commissaire Maigret, qui est à l'opposé de ces policiers mal dans leur couple ou dans leur vie privé que l'on trouve si souvent dans les romans contemporains, et ça change agréablement ! Le ton est léger dans Maigret s'amuse, en adéquation avec le titre. Pourtant cela commence avec le corps nu de la femme d'un médecin trouvé dans un placard. Deux suspects, le Docteur Jave, et son remplaçant, sont aussitôt dans la ligne de mire de l'adjoint de Maigret, en charge de l'affaire pendant les vacances de celui-ci. Toutefois, Maigret ne peut s'empêcher de suivre l'affaire dans les journaux, et de gamberger sur l'entourage du médecin, et certains éléments troublants de ce meurtre. Au final, cette lecture a été plaisante, et m'a permis de retrouver une touche, un style qui ne vieillissent pas ainsi qu'une profonde empathie pour ses semblables qui caractérise les romans de l'auteur belge.
Consulter sur Babelio

Date : 27/05/2016 - 13:12:27 Auteur : dido600 (via Babelio)

Il a cru agir en homme intelligent. Or, si étrange que cela paraisse, ce sont toujours les hommes intelligents qui se font prendre. Certains crimes crapuleux, commis par une petite gouape quelconque, ou par un déséquilibré, restent impunis. Un crime d'intellectuel, jamais. Ils veulent tout prévoir, mettre les moindres chances de leur côté. Ils fignolent. Et c'est leur fignolage, c'est quelque détail « en trop » qui les fait prendre en fin de compte. Cette pépite de citation citée ci-dessus englobe le récit de cet étonnant classique polar. Le commissaire Maigret décide, pour des raisons de santé, de prendre de vraies vacances. Il donne à la PJ son adresse aux Sables-d'Olonne, mais reste à Paris où il compte se balader en compagnie de Mme Maigret. Il s'informe, en lisant les journaux, que l'on a découvert boulevard Haussmann, dans un placard du laboratoire du docteur Jave, le corps dénudé d'Eveline, l'épouse du médecin. Maigret est passionné par l'enquête délicate que mène en son absence son subordonné l'inspecteur Janvier et qu'il suit en lisant les journaux, tout en se promenant dans Paris avec son épouse. Le commissaire Maigret talonne l'enquête de l'extérieur ce qui lui permet d'être attentif aux réactions de l'homme de la rue en face d'une affaire a' sensation rapportée par la presse « le public est toujours moins bête qu'on ne le pense ». Il envoie de temps en temps à Janvier des billets anonymes susceptibles de l'orienter dans ses recherches. Enigmes, arcanes, rebus omnipresents le long du recit jusqu'au debrouillage de l'enquete . Comme toujours le duo Simenon, Maigret fonctionne a' merveille.
Consulter sur Babelio

Date : 31/08/2016 - 20:32:04 Auteur : mogador83 (via Babelio)

J'adore les histoires de Maigret. Celle ci est particulièrement jubilatoire avec un Maigret en vacances chez lui qui suit l'enquête comme n'importe qui grâce au compte rendu des journaux. C'est très bien fait et on a le doute jusqu'au bout!
Consulter sur Babelio

Il n'y a pas de citation pour cette notice.

Il n'y a pas de suggestion de lecture pour cette notice.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Babelio.

Il n'y a pas de vidéo pour cette notice sur Libfly.

Il n'y a pas d'audio pour cette notice.

Il n'y a pas de mots clés pour cette notice.

Information non disponible.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 15 sur 141
  • Page suivante
  • Dernière page