contact | en savoir plus | aide |
CULTURE | Lecture publique

Accueil > En savoir plus

En savoir plus

Objectifs de Samarcande


Perrmettre à chaque citoyen, par rapport à une recherche de document(s), de collecter des références mais aussi la localisation de livre(s), périodiques, article(s) de revues ou ressource(s) électronique(s) ;

Aider l’internaute à accéder à des documents, soit dans sa bibliothèque, soit dans une autre institution soit encore en les faisant venir dans sa bibliothèque par le biais du PIB (prêt interbibliothèque) ;

Dans une phase ultérieure, l’internaute devrait pouvoir également, pour une série de documents, accéder directement de son poste au texte intégral sous forme électronique ;

Réduire le travail de catalogage de l’ensemble du réseau des bibliothèques publiques belges reconnues en permettant l’import de notices en provenance des catalogues collectifs des provinces et de la région bruxelloise ainsi que de bases de données bibliographiques ;

Permettre une politique de gestion des collections concertée entre les bibliothèques de mêmes territoires ou à tout le moins éclairée par la connaissance du fonds d’autres bibliothèques ;

       Augmenter globalement la visibilité des bibliothèques de Wallonie et de Bruxelles en offrant une vitrine à leurs collections.

 

Historique du projet Samarcande (Système automatisé mutuel d’accès au réseau des catalogues d’articles et de notices documentaires échangeables)


En 1895, les Belge Paul Otlet et Henri Lafontaine créent l’Office international de bibliographie. Préoccupés par la redondance du travail de référencement des livres dans les bibliothèques et animés par le rêve de diffuser toute la connaissance répartie entre les bibliothèques du monde, ils lancent l’idée d’un « répertoire bibliographique universel ».

Rapidement, toute une équipe de catalogueurs s’active à répertorier des dizaines de milliers de livres sur des fiches et  les fait traduire dans des dizaines de langues en vue d’essaimer vers le monde entier. Mais ils sont nés  trop tôt, la montagne accouche d’une souris, il leur manque deux choses essentielles qui ne naîtront que près d’un siècle plus tard : les ordinateurs et les réseaux.

Ce projet génial a fortement inspiré les concepteurs du projet Samarcande lorsqu’un matin de novembre 2007, dans un petit bureau du boulevard Léopold II à Molenbeek, l’idée d’un réservoir bibliographique destiné à toutes les bibliothèques de la partie francophone de Belgique refait surface. Au cours des discussions, le projet évolue, grâce notamment aux bibliothèques centrales : il ne sera pas seulement un réservoir bibliographique, un portail d’échange, de notices bibliographiques certes, mais aussi d’ouvrages, et pas uniquement d’ouvrages papier, de livres numériques aussi… ». Le rêve de Paul Otlet se ranimait.

Samarcande, à la croisée de l’Orient et de l’Occident, ville-étape essentielle sur la route de la soie, est un nom lyrique, mythique et symbolique. Elle symbolise en effet les échanges de connaissances entre régions éloignées du globe, comme dans la vision d’un certain Paul Otlet…